All Posts By

Bilastina

Caractéristiques cliniques et histologiques au cours de l’urticaire chronique avec infiltrat dermique neutrophile: Proposition de score diagnostique

By | Nouveau, Sélection d'articles

A Brehon, P Moguelet, V Seta, E Amsler, A Fajac, A Barbaud, A Soria, JB Monfort

J Eur Acad Dermatol Venereol. 2021 Nov 6. doi: 10.1111/jdv.17788. En ligne avant impression.

Il existe des arguments soutenant que l’urticaire neutrophilique (UN) est distincte de l’urticaire chronique spontanée (UCS), bien qu’il n’y ait pas de consensus. Cette étude visait à comparer l’UN et l’UCS quant aux caractéristiques cliniques, biologiques et histologiques, et aux réponses thérapeutiques.

Il s’agit d’une étude rétrospective observationnelle, incluant des adultes atteints d’éruptions urticariennes chroniques et ayant subi une biopsie cutanée.
Un dermatologue et un cytopathologiste ont revu en aveugle et de manière indépendante les biopsies [technique de comptage cytologique pour une proportion précise de cellules polynucléaires neutrophiles/éosinophiles (PNN/PNEo)].
L’UN était définie par un infiltrat dermique inflammatoire composé d’au moins 60 % de PNN, sans leucocytoclasie/vasculite.

Quarante-quatre patients ont été inclus et leurs biopsies ont été classées en deux groupes : UN (n = 28) et UCS (n = 16). D’après la bibliographie, il n’y a pas de caractéristiques histologiques liées aux PNN, mais on voit une élévation de la vitesse de sédimentation érythrocytaire dans le groupe UN (p = 0,03). La colchicine s’est également montrée plus efficace en cas d’infiltrat neutrophilique important :
42,85 % d’efficacité dans le groupe UN contre 6,25  % dans le groupe UCS.

Deux autres constatations étaient statistiquement associées à une veinolite neutrophilique (p = 0,04) (correspondant à une agrégation intrapariétale de PNN sans vascularite) et à un aspect basophile flammé (correspondant à une dégranulation du cytoplasme des PNN), exclusivement associé à l’UN (p = 0,04).

Un score diagnostique a été établi sur la base de critères histologiques quantitatifs stricts (intensité de l’infiltrat neutrophilique, présence de veinolite neutrophilique, aspect basophile flammé et leucocytoclasie intense), permettant de classer les éruptions urticariennes en UN ou UCS.

Ce score permettra le diagnostic et l’homogénéisation des patients UN (il a correctement classé 40 des 44 patients de l’étude).

En conclusion, l’UN est une entité indépendante car certaines images histologiques étaient significativement (veinolite neutrophilique) ou exclusivement (aspect basophile flammé) associées à un infiltrat neutrophile intense. Une étude prospective est nécessaire pour valider ce nouveau score.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Impact de la rhinite allergique et de l’asthme sur l’infection, l’hospitalisation et la mortalité liées au COVID-19

By | Nouveau, Sélection d'articles

Jianjun Ren, et al.

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Oct 30;S2213-2198(21)01202-2. doi: 10.1016/j.jaip.2021.10.049. En ligne avant impression.

La pandémie du COVID-19 a eu un impact sur la santé mondiale. Il a été démontré que des maladies sous-jacentes affectaient la prévalence et l’évolution du COVID-19. La rhinite allergique et l’asthme peuvent augmenter la vulnérabilité au COVID-19 et sa gravité, mais on ignorait dans quelle mesure. Cette étude visait à étudier le rôle de la rhinite allergique et/ou de l’asthme dans l’infection, la gravité et la mortalité du COVID-19, et à évaluer si une médication à long terme pouvait affecter l’évolution du COVID-19.

Un total de 70 557 personnes ayant subi un test du SARS-CoV-2 entre le 16 mars et le 31 décembre 2020 ont été analysées dans la Biobank britannique. Les taux d’infection, d’hospitalisation et de mortalité liées au COVID-19 surajouté à une rhinite allergique et/ou un asthme existants ont été analysés statistiquement, ainsi que l’impact des médicaments à long terme et le risque d’hospitalisation et de décès lié à une infection au COVID-19.

Les personnes atteintes de rhinite allergique avaient des taux inférieurs de résultats positifs aux tests du SARS-CoV-2 (RR : 0,75 ; IC à 95 % : 0,69-0,81, p < 0,001), les hommes ayant une sensibilité moindre (RR : 0,74 ; IC à 95 % : 0,65-0,85, p < 0,001) que les femmes (RR : 0,8 ; IC à 95 % : 0,72-0,9, p < 0,001). Les personnes asthmatiques avaient des résultats comparables si elles avaient moins de 65 ans (RR : 0,93 ; IC à 95 % : 0,86-1, p = 0,044).
Les personnes asthmatiques testées positives pour le SRAS-CoV-2 présentaient un risque plus élevé d’hospitalisation (RR : 1,42 ; IC à 95 % : 1,32-1,54, p < 0,001). La mortalité du COVID-19 n’était pas affectée par la rhinite allergique ni l’asthme. Il n’y avait aucune relation entre l’infection au COVID-19 et sa gravité avec les médicaments conventionnels pour la rhinite allergique et/ou l’asthme.

En conclusion, en-dessous de 65 ans, la rhinite allergique et l’asthme peuvent être un facteur de protection contre l’infection au COVID-19, mais l’asthme augmente le risque d’hospitalisation.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Ce que les tests des basophiles nous disent sur les patients UCS – Résultats de l’étude CORSA

By | Nouveau, Sélection d'articles

João Marcelino, et al.

Front Immunol. 2021 Sep 28;12:742470. doi: 10.3389/fimmu.2021.742470. eCollection 2021

L’urticaire chronique spontanée (UCS) est une affection fréquente chez l’adulte et l’enfant, affectant leur qualité de vie. Des études récentes ont caractérisé l’urticaire chronique spontanée comme une maladie provoquée par des auto-anticorps, les mastocytes et les basophiles étant activés par deux voies distinctes : les UCS auto-immunes de type I, où les auto-anticorps IgE sont réticulés par des auto-antigènes ; et les UCS auto-immunes de type IIb, où les auto-anticorps IgG et IgM sont dirigés contre les récepteurs de l’IgE à la surface des mastocytes et des basophiles. Le testing des basophiles est le moyen le plus efficace de diagnostiquer les UCS auto-immunes de type IIb : un testing des basophiles positif est corrélé avec une maladie de longue durée et d’activité plus élevée, avec une mauvaise réponse aux antihistaminiques et à l’omalizumab, et avec une meilleure réponse à la ciclosporine et au fénébrutinib.

L’objectif de cette étude était d’identifier les caractéristiques des patients positifs au testing des basophiles.

Il s’agissait d’une étude transversale incluant 85 participants atteints d’UCS. Ils ont été testés pour les basophiles avec le test d’activation des basophiles (BAT), le test de libération d’histamine des basophiles (BHRA), et les données ont fait l’objet d’une analyse statistique.

De tous les participants, 44 % ont été testés positifs au BAST et 28 % étaient positifs au BHRA. Ces participants présentaient une activité de maladie et un impact plus élevés, un moindre contrôle de la maladie, et des IgE sériques totales plus basses. Par contre, ils présentaient un taux plus élevé de tests cutanés sériques autologues positifs (ASST), d’œdèmes de Quincke, de symptômes nocturnes, de symptômes de plus de cinq jours/semaine, et d’auto-anticorps thyroïdiens. L’ASST était un bon prédicteur d’un test basophile positif lorsqu’il était associé à un œdème de Quincke, des auto-anticorps thyroïdiens et un faible taux d’IgE.

Cette étude a montré qu’un test basophile positif est lié aux caractéristiques connues de l’UCS auto-immune de type II, permettant une meilleure gestion de l’affection.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Prévalence, prise en charge et risque d’anaphylaxie dans l’urticaire au froid : Revue systématique et méta-analyse

By | Nouveau, Sélection d'articles

Connor Prosty, Sofianne Gabrielli, Michelle Le, Luis F. Ensina, Xun Zhang, Elena Netchiporouk et Moshe Ben-Shoshan

J Allergy Clin Immunol Pract . 2021 Oct 18;S2213-2198(21)01129-6. doi: 10.1016/j.jaip.2021.10.012. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique spontanée peut être causée par des déclencheurs spécifiques, notamment le froid, l’exercice ou la chaleur. L’urticaire chronique inductible peut coexister avec l’urticaire chronique spontanée et elle se définit par un déclencheur particulier provoquant les symptômes. L’urticaire inductible par le froid est un exemple d’urticaire physique causée par l’exposition à de l’air froid, des liquides froids ou des objets froids, et elle est associée à une grande morbidité et un  important risque d’anaphylaxie.

L’objectif de cette étude était d’évaluer la prévalence de l’urticaire au froid parmi les cas d’urticaire chronique et d’urticaire chronique inductible, d’évaluer sa prise en charge et de déterminer le taux d’anaphylaxie associée.

Les investigateurs ont effectué des recherches bibliographiques dans PubMed et EMBASE concernant des articles des dix dernières années sur l’urticaire au froid et/ou l’urticaire chronique inductible. Une analyse a été effectuée pour déterminer la prévalence de l’urticaire au froid parmi les cas d’urticaire chronique inductible et d’urticaire chronique, sa prise en charge par les antihistaminiques H1 et l’omalizumab, et le taux d’anaphylaxie associée.

La recherche a identifié 22 études, dont 14 ont été incluses dans la méta-analyse. La prévalence combinée de l’urticaire au froid chez les patients atteints d’urticaire chronique et d’urticaire chronique inductible était, respectivement, de 7,62 % [IC à 95 % : 3,45-15,99 % ; I= 98 %] et 26,10 % [IC à 95 % : 14,17-43,05 % ; I= 97 %]. L’urticaire au froid a été géré dans 95,67 % des cas par des antihistaminiques H1 [IC à 95 % : 92,47-97,54 % ; I2 = 38 %] et par l’omalizumab dans 5,85 % des cas [IC à 95 % : 2,55-13,22 % ; I= 83 %]. La prévalence globale de l’anaphylaxie était de 21,49 % [IC à 95 % : 15,79-28,54 % ; I2 = 69 %].

En conclusion, l’urticaire au froid est fréquente parmi les cas d’urticaire chronique et d’urticaire chronique inductible et elle déclenche fréquemment une anaphylaxie.
Les antihistaminiques H1 sont couramment utilisés pour sa gestion, suivis de l’omalizumab.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Exposition aux particules et rhinite allergique : Le rôle des vésicules extracellulaires plasmatiques et du microbiome nasal bactérien

By | Nouveau, Sélection d'articles

Jacopo Mariani, Simona Iodice, Laura Cantone, Giulia Solazzo, Paolo Marraccini, Emanuele Conforti, Pallav A. Bulsara, Maria Stella Lombardi, Robert P. Howlin, Valentina Bollati et Luca Ferrari

Int J Environ Res Public Health. 2021 Oct 12;18(20):10689. doi: 10.3390/ijerph182010689.

L’exposition aux particules est connue pour aggraver les affections respiratoires, notamment la rhinite allergique. La prévalence de la rhinite allergique augmente, affectant la qualité de vie. L’objectif de cette étude était d’investiguer les mécanismes moléculaires sous-jacents au déclenchement de l’inflammation nasale et systémique par les particules, en particulier la libération de vésicules extracellulaires plasmatiques et la relation entre l’hôte et le microbiome nasal.

L’étude a inclus 26 participants atteints de rhinite allergique et 24 participants sains appariés, dont la réaction à l’exposition aux PM10 et PM25 a été évaluée sur la partie des vésicules extracellulaires dérivées de bactéries et les vésicules extracellulaires dérivées de l’hôte, ainsi que sur le microbiome nasal bactérien. La fonction du microbiome nasal bactérien a également été évaluée dans le contexte de la rhinite allergique en tant que modificateur des effets des particules sur le réseau de signalisation des vésicules extracellulaires.

Cette étude a montré une association avec l’exposition aux particules chez les participants atteints de rhinite allergique, dans le contexte de la composition du microbiome nasal bactérien et celui de la libération de vésicules extracellulaires plasmatiques, affectant de différentes manières la libération de vésicules extracellulaires et la composition du microbiome nasal bactérien. D’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre le lien entre l’exposition aux particules, la modulation du microbiome nasal bactérien et la libération de vésicules extracellulaires plasmatiques, et pour caractériser les différentes réponses observées chez les participants après une exposition aux particules.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

La métabolomique révèle le processus chez les patients atteints de rhinite allergique avec une immunothérapie sous-cutanée aux acariens à une ou deux espèces

By | Sélection d'articles

Zheng, P., Yan, G., Zhang, Y., Huang, H., Luo, W., Xue, M., Li, N., Wu, J. L., & Sun, B.

Metabolites . 2021 Sep 9;11(9):613. doi: 10.3390/metabo11090613.

La rhinite allergique est également connue sous le nom de rhinite anaphylactique et elle comprend les affections inflammatoires infectieuses de la muqueuse nasale déclenchées par l’exposition à des allergènes atopiques. Les acariens de la poussière de maison sont les allergènes les plus courants chez les patients atteints de rhinite. L’immunothérapie allergénique (AIT) est le seul traitement pouvant modifier l’évolution de la rhinite allergique, mais nous manquons de connaissances sur l’AIT avec des allergènes simples ou mixtes. L’objectif de cette étude était d’évaluer et de comparer l’efficacité clinique de l’immunothérapie sous-cutanée à un acarien et de l’immunothérapie sous-cutanée à deux acariens, en utilisant le score de l’échelle visuelle analogique (EVA) et le score du questionnaire sur la qualité de vie avec la rhinoconjonctivite pour évaluer et comparer l’efficacité clinique.

Des patients atteints de rhinite allergique causée par Dermatophagoides pternussinus et Dermatophagoides farinae ont reçu respectivement une immunothérapie sous-cutanée à un et deux acariens.

Il n’y avait pas de différence significative d’efficacité entre les traitements. Au total, 57 métabolites ont été identifiés, parmi lesquels les métabolites en aval [5(S)-HETE (acide hydroxyeicosatétraénoïque), 8(S)-HETE, 11(S)-HETE, 15(S)-HETE et 11-hydro TXB2] dans la voie de l’acide arachidonique et de l’acide linoléique liée aux ω-6 ont montré des différences significatives après environ un an de traitement par immunothérapie sous-cutanée à un ou deux acariens. Les changements des composants métaboliques sériques ci-dessus étaient corrélés avec l’ampleur de l’amélioration du questionnaire de qualité de vie pour la rhinoconjonctivite.

La principale différence trouvée concernait 11(S)-HETE, qui diminuait davantage avec l’immunothérapie à un seul acarien, offrant la possibilité d’être utilisé comme biomarqueur pour distinguer les deux traitements.

En conclusion, les deux traitements ont montré des effets thérapeutiques chez les patients atteints de rhinite allergique, sans différence d’efficacité. La production de différents métabolites liés à l’inflammation peut conduire à des biomarqueurs potentiels.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Lachnospira, une signature de l’efficacité antihistaminique dans l’urticaire chronique spontanée

By | Sélection d'articles

Liu, R., Peng, C., Jing, D., Xiao, Y., Zhu, W., Zhao, S., Zhang, J., Chen, X., & Li, J.

Exp Dermatol. 2021 Sep 24. doi: 10.1111/exd.14460. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique est une affection induite par les mastocytes, avec une prévalence moyenne de 1,4% sur la vie entière. L’urticaire chronique spontanée est un type courant d’urticaire chronique, avec un impact sur la qualité de vie et un fardeau économique et social élevé. L’urticaire chronique spontanée est traitée avec des antihistaminiques oraux de deuxième génération, mais seulement la moitié des patients répondent à des doses jusqu’à quadruples de ces antihistaminiques. Il est bien connu que le microbiote intestinal peut affecter leur efficacité. L’objectif de cette étude était d’explorer la relation entre le microbiote intestinal et l’efficacité des antihistaminiques chez des personnes atteintes d’urticaire chronique spontanée.

Le microbiote intestinal des échantillons fécaux de 15 répondeurs à la monothérapie antihistaminique et de 15 non-répondeurs a été évalué par séquençage d’ADNr 16S, et les espèces bactériennes différentielles ont été confirmées par réaction en chaîne par polymérase quantitative (qPCR). Des échantillons de 30 répondeurs et de 30 non-répondeurs ont été utilisés pour confirmer les espèces bactériennes différentielles par qPCR.

La principale différence entre les répondeurs et les non-répondeurs était la présence de Lachnospiracées et de leurs taxons subordonnés. La quantité de Lachnospira était plus élevée chez les répondeurs que chez les non-répondeurs.

En conclusion, la présence de Lachnospira a montré une valeur diagnostique modérée dans l’évaluation de l’efficacité des antihistaminiques dans l’urticaire chronique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

La directive internationale EAACI/GA²LEN/EuroGuiDerm/APAAACI pour la définition, la classification, le diagnostic et la gestion de l’urticaire

By | Sélection d'articles

Zuberbier T, Abdul Latiff AH, Abuzakouk M, et al.

Allergy . 2021 Sep 18. doi: 10.1111/all.15090. En ligne avant impression.

L’urticaire est une affection provoquée par les mastocytes, avec des symptômes tels que papules, œdème de Quincke, ou les deux. L’urticaire chronique spontanée et l’urticaire chronique inductible réduisent la qualité de vie, affectant les performances scolaires et professionnelles.

Ce document est une mise à jour et une révision de la directive internationale pour l’urticaire, issue d’une conférence de consensus tenue le 3 décembre 2020. Il couvre la définition et la classification de l’urticaire et décrit les approches diagnostiques et thérapeutiques guidées par des experts et fondées sur des preuves, pour les différents sous-types d’urticaire.

L’objectif de cette directive est de faciliter une définition et une classification de l’urticaire, en aidant à l’interprétation de données provenant de différents centres et régions du monde.

Le tableau ci-dessous résume la ligne directrice.

Comment classer l’urticaire ?
Nous recommandons que l’urticaire soit classée en fonction de sa durée, comme aiguë (≤6 semaines) ou chronique (>6 semaines). ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Nous recommandons que l’urticaire soit classée comme spontanée (pas de facteur déclenchant défini impliqué) ou inductible (facteur spécifique défini impliqué). ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Faut-il maintenir la classification actuelle des lignes directrices de l’urticaire chronique ?
Nous recommandons que la classification actuelle des lignes directrices de l’urticaire chronique soit maintenue. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Des mesures diagnostiques de routine doivent-elles être effectuées dans l’urticaire aiguë ?
Nous déconseillons toute mesure diagnostique de routine dans l’urticaire aiguë spontanée. ¯¯ Consensus fort*

Consensus d’experts

Faut-il envisager des diagnostics différentiels chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée ?
Nous recommandons que des diagnostics différentiels soient envisagés chez tous les patients présentant des signes ou des symptômes évocateurs d’urticaire chronique, sur la base de l’algorithme des lignes directrices. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Quelles mesures diagnostiques de routine devraient-elles être effectuées dans l’urticaire chronique spontanée ?
Nous recommandons des investigations limitées. Les tests de base comprennent la formule sanguine différentielle, la CRP et/ou la VS, et, en soins spécialisés, les IgE et IgG anti-TPO totales, voire plus de biomarqueurs le cas échéant.

Nous recommandons d’effectuer d’autres mesures diagnostiques sur la base des antécédents et de l’examen du patient, en particulier chez les patients atteints d’une maladie de longue date et/ou mal contrôlée.

­­ Consensus**

Consensus d’experts

Des mesures diagnostiques de routine doivent-elles être effectuées dans l’urticaire induite ?
Nous recommandons d’utiliser des tests de provocation pour diagnostiquer l’urticaire chronique induite.

Nous recommandons d’utiliser des mesures du seuil de provocation et l’UCT pour mesurer l’activité et le contrôle de la maladie chez les patients atteints d’urticaire chronique induite, respectivement.

­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Les patients atteints d’urticaire chronique devraient-ils être évalués pour l’activité, l’impact et le contrôle de la maladie ?
Nous recommandons que les patients atteints d’UC soient évalués pour l’activité, l’impact et le contrôle de la maladie, à chaque consultation. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Quels instruments utiliser pour évaluer et surveiller l’activité de la maladie chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée ?
Nous recommandons l’utilisation du score d’activité de l’urticaire (UAS7) et/ou du score d’activité de l’angio-œdème (AAS) pour évaluer l’activité de la maladie chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Quels instruments utiliser pour évaluer et surveiller la qualité de vie chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée ?
Nous recommandons l’utilisation du questionnaire sur la qualité de vie des patients atteints d’urticaire chronique (CU-Q2oL) et du questionnaire sur la qualité de vie des patients atteints d’angio-œdème (AE-QoL) pour évaluer l’altération de la qualité de vie chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Quels instruments utiliser pour évaluer et surveiller le contrôle de la maladie chez les patients atteints d’urticaire chronique spontanée ?
Nous recommandons l’utilisation du test de contrôle de l’urticaire (UCT) et/ou du test de contrôle de l’œdème de Quincke (AECT) pour évaluer le contrôle de la maladie chez les patients atteints d’UCS. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Le traitement doit-il viser un contrôle complet des symptômes de l’urticaire ?
Nous recommandons de viser un contrôle complet des symptômes d’urticaire, en tenant compte autant que possible de la sécurité et de la qualité de vie de chaque patient individuel. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Faut-il conseiller aux patients atteints d’urticaire chronique spontanée d’arrêter les médicaments suspectés d’aggraver la maladie ?
Nous recommandons de conseiller aux patients atteints d’urticaire chronique spontanée d’arrêter les médicaments suspectés d’aggraver la maladie, tels que les AINS. ­­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Les antihistaminiques H1 modernes de 2e génération doivent-ils être utilisés comme traitement de première intention de l’urticaire ?
Nous recommandons un antihistaminique H1 de 2e génération comme traitement de première intention pour tous les types d’urticaire. ­­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Une augmentation jusqu’à quatre fois de la dose d’antihistaminiques H1 modernes de 2e génération est-elle utile et à privilégier par rapport aux autres traitements de l’urticaire ?
Nous recommandons d’augmenter jusqu’à 4 fois le dosage d’un antihistaminique H1 de 2e génération chez les patients atteints d’urticaire chronique ne répondant pas à un antihistaminique H1 de 2e génération à la dose standard, comme traitement de deuxième intention avant d’envisager d’autres traitements. ­­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Les antihistaminiques H1 modernes de 2e génération doivent-ils être pris régulièrement ou à la demande ?
Nous suggérons une prise régulière d’antihistaminiques H1 de 2e génération pour le traitement des patients atteints d’urticaire chronique. ­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Faut-il utiliser simultanément différents antihistaminiques H1 de 2e génération ?
Nous déconseillons d’utiliser différents antihistaminiques H1 en même temps. ¯ Consensus***

Données factuelles et consensuelles

En l’absence d’amélioration, faut-il utiliser plus de quatre fois la dose d’antihistaminiques H1 de 2e génération ?
Nous déconseillons d’utiliser plus de 4 fois la dose standard d’antihistaminiques H1 dans l’urticaire chronique ¯¯ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

L’omalizumab est-il utile en traitement d’appoint chez les patients ne répondant pas aux doses élevées d’antihistaminiques H1 ?
Nous recommandons d’ajouter l’omalizumab* pour le traitement des patients atteints d’UC ne répondant pas aux antihistaminiques H1 de 2e génération à forte dose.

*actuellement autorisé pour l’urticaire chronique spontanée

­­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

La ciclosporine est-elle utile comme traitement d’appoint chez les patients ne répondant pas aux doses élevées d’antihistaminiques H1 ?
Nous suggérons d’utiliser la ciclosporine pour le traitement des patients atteints d’UC ne répondant pas aux antihistaminiques H1 de 2e génération à forte dose et à l’omalizumab. ­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Les corticoïdes oraux doivent-ils être utilisés comme traitement d’appoint dans le traitement de l’urticaire ?
Nous déconseillons l’utilisation à long terme de glucocorticoïdes systémiques dans l’UC. ¯¯ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Nous suggérons d’envisager une courte cure de glucocorticoïdes systémiques de secours chez les patients présentant une exacerbation aiguë d’UC. ­ Consensus fort*

Données factuelles et consensuelles

Les antihistaminiques H2 sont-ils utiles en traitement d’appoint chez les patients ne répondant pas à des doses faibles ou élevées d’antihistaminiques H1 ?
Nous ne pouvons pas émettre de recommandation pour ou contre l’utilisation combinée d’antihistaminiques H1 et H2 chez les patients atteints d’urticaire chronique. 0 Consensus fort*

Consensus d’experts

D’autres options de traitement pourraient-elles être recommandées pour le traitement de l’urticaire ?
Nous ne pouvons pas faire de recommandation concernant d’autres options de traitement en tant que thérapies standard, mais elles peuvent être envisagées dans des cas particuliers, incluant également les cas où des limitations financières ou juridiques existent pour le traitement par l’algorithme recommandé. 0 Consensus fort*

Consensus d’experts

Le même algorithme de traitement doit-il être utilisé chez l’enfant ?
Nous suggérons d’utiliser le même algorithme de traitement avec prudence (p. ex. dose ajustée en fonction du poids) chez l’enfant atteint d’urticaire chronique ­ Consensus fort*

Consensus d’experts

Faut-il utiliser le même algorithme de traitement chez la femme enceinte et la femme allaitante ?
Nous suggérons d’utiliser le même algorithme de traitement avec prudence chez la femme enceinte et la femme allaitante après évaluation des risques et des bénéfices. Les médicaments contre-indiqués ou non adaptés pendant la grossesse ne doivent pas être utilisés ­ Consensus fort*

Consensus d’experts

* ≥90% d’accord

** ≥75% d’accord

*** ≥70% d’accord

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Caractéristiques prédictives associées à la récidive de l’urticaire chronique spontanée

By | Sélection d'articles

Elias Toubi, Zahava Vadasz

J Dermatol . 2021 Sep 14. doi: 10.1111/1346-8138.16119. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique spontanée est une maladie auto-immune dans au moins 50% des cas, et elle est parfois associée à d’autres maladies auto-immunes telles que la thyroïdite auto-immune et le lupus érythémateux disséminé. Elle présente une prévalence accrue de réponses autoréactives des lymphocytes T au FceRI et d’anticorps sériques anti-thyroïdiens. Il reste encore beaucoup d’aspects peu clairs à déterminer, notamment le temps que durera l’UCS. La plupart des patients atteints d’urticaire chronique spontanée s’inquiètent de la probabilité d’une récurrence et souhaitent l’existence de marqueurs cliniques ou biologiques. Le but de cette étude était de comprendre la prévalence et les caractéristiques de la récurrence de l’urticaire chronique spontanée, pour prévenir des comorbidités stressantes.

L’étude a inclus 180 patients réguliers du registre local. L’urticaire chronique spontanée durait depuis plus de 5 ans chez 47 patients (26%) et a été résolue au cours de la première année chez 23 patients (13%). 21% des patients ont rapporté une récurrence de l’urticaire chronique spontanée après une rémission complète de 1 à 10 ans (moyenne 2,9 ans).

Dans la recherche de marqueurs prédictifs cliniques ou biologiques, les principales différences trouvées sont consignées dans le tableau ci-dessous.

Urticaire récurrente

Urticaire générale

Valeur de p

Asthme bronchique

10/25 (40%) 45/180 (25%)

p=0,049

Immunoglobulines E totales

10/25 (40%)

34/150 (23%)

p=0,04

Anticorps anti-thyroperoxydase

11/25 (44%)

32/160 (20%) p=0,003

En conclusion, la prévalence de l’urticaire chronique spontanée après une rémission complète est significativement plus élevée chez les patients souffrant d’asthme bronchique, d’augmentation des taux d’IgE totales et d’auto-immunité. D’autres études sont nécessaires pour étayer ces résultats.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

L’effet de l’utilisation d’un masque facial sur les symptômes de rhinite allergique chez des patients allergiques au pollen pendant la pandémie de COVID-19

By | Sélection d'articles

Mengi E, Kara CO, Alptürk U, Topuz B

Am J Otolaryngol . 2021 Sep 10;43(1):103206. doi: 10.1016/j.amjoto.2021.103206. En ligne avant impression.

La rhinite allergique est une inflammation de la muqueuse nasale, médiée par les IgE. Elle se caractérise par un écoulement nasal, une obstruction nasale, des démangeaisons nasales et des éternuements. La prévalence de la rhinite allergique a augmenté dans le monde entier et on pense qu’elle affecte jusqu’à 40% de la population. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’utilisation des masques faciaux sur la symptomatologie de la rhinite allergique chez des personnes allergiques aux pollens et qui portaient des masques faciaux pendant la pandémie de COVID-19.

Au total, 50 participants ont répondu par téléphone à un questionnaire en 15 éléments, élaboré par une équipe d’experts en rhinite allergique. Les participants ont été sélectionnés parmi les personnes qui avaient subi des tests d’allergie entre 2013 et 2019.

L’âge moyen des participants était de 34,34 ± 9,41 ans, et 60% étaient des femmes. Le nombre de participants ayant défini leurs symptômes nasaux comme graves-modérés pendant la période pré-pandémique était plus élevé (46 participants) que le nombre de participants présentant des symptômes graves-modérés pendant la pandémie (28 participants). Les patients ayant utilisé un masque présentaient une réduction statistiquement significative des symptômes nasaux et oculaires (p<0,001), des éternuements (p=0,029) et des écoulements nasaux (p=0,039).

En conclusion, l’utilisation d’un masque facial réduisait les symptômes de rhinite allergique chez les personnes allergiques au pollen, ce qui soutient l’utilisation de masques faciaux par les personnes atteintes de rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Rhinite allergique et COVID-19: amies ou ennemies ?

By | Sélection d'articles

F. Gani

Eur Ann Allergy Clin Immunol. 2021 Sep 10. doi: 10.23822/EurAnnACI.1764-1489.234. En ligne avant impression.

La rhinite allergique est une affection courante, touchant environ 40 % de la population mondiale. Pendant la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des études d’observation sur l’effet de l’asthme et de la maladie pulmonaire obstructive chronique sur le risque de développer une COVID-19. Pourtant, il n’y avait aucune étude sur la rhinite allergique et la COVID-19.

Cette revue visait à évaluer le risque des patients atteints de rhinite allergique de développer une mauvaise évolution de COVID-19. Elle a également évalué si la COVID-19 pouvait influencer les symptômes de rhinite allergique et affecter les conditions psychologiques des patients pédiatriques et adultes atteints de rhinite allergique.

Les auteurs ont réalisé une revue complète de la littérature. Elle comprenait un ensemble de divers mots-clés tels que rhinite allergique, rhinite, allergie, atopie, COVID-19 et SARS-CoV-2.

D’après les articles sélectionnés, les patients atteints de rhinite allergique semblent être protégés contre l’infection à COVID-19. Cependant, il n’y a pas suffisamment de données concernant l’influence de la rhinite allergique et la gravité de la maladie à COVID-19. Il existe certaines informations selon lesquelles le fait d’être un patient atteint de rhinite allergique n’augmente pas le risque d’une infection à SARS-CoV-2 de mauvais pronostic. Les auteurs suggèrent que les patients atteints de rhinite allergique suivent leur traitement en conséquence, en particulier tant que la pandémie de la COVID-19 persiste.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Avancées et faits marquants en rhinite allergique

By | Sélection d'articles

Yuan Zhang, Feng Lan, Luo Zhang

Allergy. 2021 Aug 11. doi: 10.1111/all.15044. En ligne avant impression.

L’incidence de la rhinite allergique a augmenté ces dernières années, représentant un fardeau médical et économique au niveau mondial. Cette revue décrit les principaux résultats concernant la rhinite allergique de ces deux dernières années, comprenant les facteurs de risque d’une prévalence croissante de la rhinite allergique, la stratégie diagnostique, les mécanismes immunologiques sous-jacents à la maladie et les thérapies utilisées pendant la pandémie de COVID-19. Elle vise également à décrire les perspectives d’avenir.

Certains des facteurs de risque de rhinite allergique les plus critiques sont les expositions environnementales, les changements climatiques et le mode de vie. Au lieu d’utiliser des prédicteurs uniques, il est essentiel de comprendre le lien entre les expositions environnementales et la santé pour concevoir des profils de risque et aider à éliminer les effets néfastes sur la santé dans ces conditions.

Un phénotype de rhinite allergique nouvellement défini, la rhinite allergique double, comprend des symptômes nasaux perannuels et saisonniers, mais elle est davantage liée aux allergènes saisonniers. Cela indique qu’il est crucial d’évaluer l’inflammation sur les sites locaux.

Les auteurs suggèrent une combinaison d’un diagnostic précis sur les sites et territoires locaux et des méthodes diagnostiques traditionnelles, pour améliorer l’approche basée sur une médecine de précision dans la gestion de la rhinite allergique.

En conclusion, une meilleure compréhension des changements dans les profils cellulaires après traitement est nécessaire. Outre les traitements habituels de la rhinite allergique pendant la pandémie actuelle, la distanciation sociale, le lavage des mains et la désinfection sont également d’une grande aide dans la gestion des patients atteints de rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Association de la gravité de la rhinite allergique avec les rapports neutrophiles/lymphocytes, éosinophiles/neutrophiles et éosinophiles/lymphocytes chez l’adulte

By | Sélection d'articles

Aydin Kant, Kadriye Terzioğlu

Allergol Immunopathol (Madr). 2021 Sep 1;49(5):94-99. doi: 10.15586/aei.v49i5.204. eCollection 2021.

La rhinite allergique est un trouble de la muqueuse nasale, médié par les immunoglobulines E, avec des symptômes récurrents tels qu’éternuements, rhinorrhée et congestion nasale. Les personnes atteintes de rhinite allergique présentent des troubles du sommeil, une détresse émotionnelle et une altération des activités sociales, entraînant une diminution de la qualité de vie. Cette étude visait à évaluer l’utilité des paramètres inflammatoires des rapports neutrophiles-lymphocytes (NLR), éosinophiles-neutrophiles (ENR) et éosinophiles-lymphocytes (ELR) en tant que marqueurs utilisés pour distinguer la rhinite allergique intermittente de la rhinite allergique persistante.

Cette étude rétrospective bicentrique a inclus 205 patients atteints de rhinite allergique et 49 personnes saines servant de groupe témoin. Les patients présentant une infection active ont été exclus. Les NLR, ENR et ELR ont été calculés en utilisant les résultats de la formule sanguine complète des participants. Une analyse statistique a également été réalisée.

Les participants atteints de rhinite allergique présentaient des niveaux significativement plus élevés d’éosinophiles absolus, d’ENR et d’ELR, ainsi que des niveaux inférieurs de NLR par rapport aux témoins sains. Au total, 80 % des participants atteints de rhinite allergique persistante présentaient des niveaux significativement plus élevés d’éosinophiles absolus, d’ENR et d’ELR, et des niveaux significativement plus bas de NLR que les patients atteints de rhinite allergique intermittente.

En conclusion, la gravité de la rhinite allergique est classée selon l’anamnèse du patient, les taux sériques d’éosinophiles et les proportions d’ENR et d’ELR chez les patients atteints de rhinite allergique persistante, mettant en évidence le degré de gravité de la maladie.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Méta-analyses de l’efficacité des pharmacothérapies et des comprimés sublinguaux d’immunothérapie antiallergique pour la rhinite allergique de l’adulte et de l’enfant

By | Sélection d'articles

Eli O. Meltzer, Dana Wallace, Howard S. Friedman, Prakash Navaratnam, Erin P. Scott, Hendrik Nolte

Rhinology. 2021 Aug 31. doi: 10.4193/Rhin21.054. En ligne avant impression.

La rhinite allergique a des répercussions sur la qualité de vie des personnes affectées, telles que des troubles du sommeil et une réduction de la productivité au travail et à l’école. Les options de traitement actuelles pour la rhinite allergique saisonnière et perannuelle comprennent la pharmacothérapie et l’immunothérapie. Ces méta-analyses visaient à évaluer l’efficacité de pharmacothérapies et de comprimés d’immunothérapie sublinguale (SLIT) versus placebo, chez des personnes présentant des symptômes nasaux associés aux deux types de rhinite allergique.

Une recherche systématique a identifié des essais randomisés, en double aveugle, contrôlés par placebo, comportant ces comparaisons. Le critère de jugement principal était la différence numérique moyenne entre les scores totaux des symptômes nasaux (TNSS) du traitement actif et du placebo, à la fin de la période d’évaluation. Une méta-analyse a estimé la différence moyenne pour chaque groupe de médicaments, pondérée par l’inverse de la variance de l’essai.

La plupart des essais de pharmacothérapie n’autorisaient pas les médicaments de secours soulageant les symptômes, mais les comprimés d’immunothérapie sublinguale étaient autorisés. Le tableau suivant comprend les scores totaux des symptômes nasaux chez des enfants et des adultes atteints de rhinite allergique.

 

Rhinite allergique saisonnière
Différence numérique moyenne en TNSS (IC à 95 %) par rapport au placebo

Rhinite allergique perannuelle Différence numérique moyenne en TNSS (IC à 95 %) par rapport au placebo

Corticostéroïdes intranasaux 138 (1,18-1,58) 0,82 (0,66-0,97)
Association intranasale
antihistaminiques + corticoïdes
1,34 (1,15-1,54)
Antihistaminiques intranasaux 0,72 (0,56-0,89)
Antihistaminiques oraux 0,62 (0,35-0,90) 0,27 (0,11-0,42)
Comprimés SLIT 0,57 (0,41-0,73) 0,65 (0,42-0,88)
Montélukast 0,48 (0,36-0,60)

 

En conclusion, tous les traitements ont significativement amélioré les symptômes nasaux par rapport au placebo. Les comprimés SLIT ont amélioré le TNSS, même avec l’utilisation d’une pharmacothérapie de secours pour soulager les symptômes. Cependant, étant donné que les essais présentent une hétérogénéité considérable, il est difficile de comparer les effets des traitements entre les classes de traitement.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Bilastine 10 et 20 mg chez le patient pédiatrique et adulte: une approche pratique des décisions thérapeutiques, actualisée

By | Publications relatives à la bilastine

Amalia Leceta, Aintzane García, Ander Sologuren, Cristina Campo

Drugs Context. 2021 Aug 10;10:2021-5-1. doi: 10.7573/dic.2021-5-1. eCollection 2021.

La bilastine est un antihistaminique H1 n’induisant pas de somnolence, pour le traitement d’affections allergiques telles que la rhinoconjonctivite et l’urticaire chez des personnes de tout âge. Cette revue vise à mettre à jour un article précédent, en se concentrant sur les données cliniques récentes relatives à l’utilisation de la bilastine chez l’enfant et l’adulte.

Les données ont été recueillies à partir d’études cliniques récentes de Faes Farma chez l’enfant et l’adulte. La plupart des nouvelles informations mises à jour concernent l’utilisation chez l’enfant et la personne âgée. L’Agence européenne des médicaments a donné son approbation en 2017, à la suite d’un Plan d’investigation pédiatrique de 2009. Faes Farma a reçu des questions concernant les interactions médicamenteuses impliquant la bilastine et d’autres médicaments concomitants, et l’utilisation de la bilastine dans des populations particulières ou en traitement d’affections spécifiques. Le résumé des recommandations des spécialistes inclut les interactions impliquant le système d’isoenzymes du cytochrome P450, entraînant des modifications de l’exposition au médicament et par conséquent de l’efficacité et de la sécurité cliniques. Les patients âgés sont particulièrement exposés aux interactions médicamenteuses en raison des médicaments concomitants et des comorbidités. Les interactions médicamenteuses potentielles entre la bilastine et les médicaments à index thérapeutique étroit sont également importantes.

En conclusion, malgré le profil pharmacocinétique favorable de la bilastine, les décisions concernant son utilisation doivent reposer sur des preuves, des avis d’experts et le RCP de la bilastine. D’autres études sont encore nécessaires pour répondre à des questions spécifiques concernant son utilisation.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR