All Posts By

Bilastina

Produits biologiques à utiliser dans l’urticaire spontanée chronique: Quand et lesquels

By | Nouveau, Sélection d'articles

Marcus Maurer, David A. Khan, Daniel Elieh Ali Komi, Allen P. Kaplan

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Mar;9(3):1067-1078. doi: 10.1016/j.jaip.2020.11.043.

Le traitement de l’urticaire a beaucoup évolué au cours de la dernière décennie. Les lignes directrices actuelles pour le traitement de l’urticaire spontanée chronique recommandent l’utilisation de l’omalizumab, un médicament biologique ciblant les IgE. Les IgE ont une forte affinité pour le récepteur FcεRI et dégranulent les mastocytes cutanés, responsables du développement de signes et de symptômes d’urticaire, de papules prurigineuses et d’œdème de Quincke. Cette étude vise à passer en revue la compréhension existante de la pathogenèse de l’urticaire chronique et de ses endotypes auto-immuns.

L’omalizumab est le seul médicament biologique autorisé pour une utilisation dans l’urticaire chronique à partir de l’âge de 12 ans. Il est recommandé comme troisième étape du traitement chez les patients qui ont connu un échec avec des antihistaminiques standard ou de deuxième génération à dose élevée, et il est généralement bien toléré. L’omalizumab a de multiples mécanismes d’action potentiels dans l’urticaire chronique, avec des effets sur les mastocytes et les basophiles, réduisant la libération de médiateurs et diminuant l’expression du FcεRI. Il a été approuvé pour l’urticaire chronique à des doses de 150 ou 300 mg toutes les 4 semaines. Les mauvais répondeurs peuvent bénéficier d’un raccourcissement de l’intervalle entre les doses, à toutes les 2 ou 3 semaines, ou par un traitement d’appoint avec 3 mg/kg/jour de ciclosporine, chacun pendant 4 mois.

Certains autres médicaments biologiques utilisés hors AMM dans l’urticaire chronique comprennent le dupilumab, le benralizumab, le mépolizumab, le reslizumab et le sécukinumab. De nouveaux produits biologiques en cours de développement visent à réduire l’activation des mastocytes en bloquant les voies d’activation ou en ciblant les récepteurs inhibiteurs ou le nombre de mastocytes. Il s’agit notamment du ligélizumab et du GI-301, de l’avdoralimab, du tézépelumab, du lirentélimab, du LY3454738 et du CDX-0159, à différents stades de développement.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Disparités de santé dans les affections allergiques et immunologiques chez les populations raciales et ethniques mal desservies

By | Nouveau, Sélection d'articles

Carla M. Davis, et al.

J Allergy Clin Immunol. 2021 Mar 10;S0091-6749(21)00365-1.
doi: 10.1016/j.jaci.2021.02.034. En ligne avant impression.

Les disparités en matière de santé ont un impact négatif sur les groupes présentant des obstacles sociaux ou économiques plus importants en matière de santé, en raison de leur race, de leur origine ethnique, de leur religion, de leur statut socio-économique, de leur sexe, de leur âge, de leur handicap, de leur orientation sexuelle et/ou de leur emplacement géographique. L’Académie américaine d’allergie, d’asthme et d’immunologie a participé à une commission pour mettre fin aux disparités en matière de santé il y a 10 ans. Cette étude décrit les disparités en termes de santé en matière d’allergie/immunologie dans des populations raciales et ethniques mal desservies et comment elles affectent les personnes atteintes de rhinite allergique et d’autres conditions allergiques.

Certaines populations raciales et ethniques ne sont souvent pas incluses dans les lignes directrices des soins pour les patients atteints de rhinite allergique. Les minorités raciales montrent moins de prévalence de rhinite allergique, probablement en raison de la variabilité de l’auto-déclaration de la maladie : un rapport de 2017 a révélé que 5 % des enfants noirs et 5 % des enfants hispaniques avaient une rhinite allergique, contre 9 % des enfants blancs.

On sait que la rhinite allergique a un impact significatif sur la qualité de vie et la morbidité des populations mal desservies, et la lutte contre la rhinite allergique a été associée à moins d’absences scolaires.

Des études ont montré que les groupes à faibles revenus et les minorités sont moins susceptibles de recevoir une immunothérapie allergénique, et elles ont mis en évidence que les charges supplémentaires auxquelles doivent faire face ces minorités peuvent contribuer à réduire les ressources nécessaires pour respecter les calendriers de l’ITA.

En conclusion, l’observance pourrait être améliorée lorsque des ressources médicales sont fournies pour accroître l’accès aux soins spécialisés dans les communautés mal desservies. Les études observationnelles et interventionnelles sont importantes pour le diagnostic, la prise en charge de la rhinite allergique, et leurs résultats pour ces populations mal desservies. Une approche multi-niveaux devrait également être envisagée, impliquant les patients, les prestataires de soins de santé, les agences locales, les sociétés professionnelles et les agences gouvernementales nationales.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Différences de microbiote intestinal entre la rhinite allergique, la dermatite atopique et l’urticaire cutanée : une étude pilote.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Yu-Jih Su, Sheng-Dean Luo, Chung-Yuan, Ho-Chang Kuo

Medicine (Baltimore). 2021 Mar 5;100(9):e25091.
doi: 10.1097/MD.0000000000025091.

Les prévalences de la rhinite allergique et de l’urticaire augmentent. La flore intestinale ou microbiote peut influencer leurs pathogenèses. Cette étude visait à comparer les différences entre les microbiotes intestinaux de personnes atteintes de dermatite atopique, de rhinite allergique et d’urticaire chronique.

L’étude a inclus 19 participants atteints d’eczéma, 9 d’urticaire et 11 de rhinite allergique. Les microbiotes ont été comparés en examinant des échantillons fécaux des participants, en utilisant le séquençage d’amplicons de l’acide ribonucléique ribosomal 16S, la bio-informatique et l’analyse statistique.

Les trois groupes de patients avaient des données cliniques similaires. Les microbiotes étaient sensiblement différents entre les participants atteints de dermatite atopique, de rhinite allergique et d’urticaire chronique, démontrant des axes intestin-peau et intestin-nez. Il a été trouvé plus d’espèces Bacteroidales dans les allergies cutanées que dans la rhinite allergique. Ceci peut représenter un lien entre la flore intestinale et l’allergie cutanée, car les colonies de la flore intestinale diffèrent considérablement entre elles.

En conclusion, différentes conditions ont des microbiotes hétérogènes. L’espèce Bacteroidales pourrait représenter un lien entre la flore intestinale et l’allergie cutanée, les Bacteroides Plebeius DSM 17135 étant significativement associés à l’urticaire. Les Ruminococcacées sont également associées à des maladies allergiques.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Le rôle des technologies mobiles de santé dans la stratification des patients pour l’ITA et son arrêt. La perspective ARIA-EAACI.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Jean Bousquet, et al.

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Mar 1;S2213-2198(21)00240-3.
doi: 10.1016/j.jaip.2021.02.035.En ligne avant impression.

Les options de traitement de la rhinite allergique comprennent l’immunothérapie allergénique (ITA). Il existe différentes lignes directrices et paramètres nationaux de pratique ou de parcours de soins pour l’ITA. Cependant, la décision de prescrire une ITA doit être personnalisée et basée sur l’importance des allergènes et la persistance des symptômes, même lors de l’utilisation de médicaments appropriés.

La pratique de la médecine a été révolutionnée par la transformation numérique, en ce compris mHealth et l’intelligence artificielle, le patient étant placé au centre du système de santé. Il existe différents biomarqueurs associés à mHealth et aux systèmes d’aide à la décision clinique. Cependant, deux conditions doivent être prises en compte avant d’utiliser tout outil mHealth : la conformité aux règles de confidentialité et à la validation. Parmi les quelques outils disponibles pour la rhinite allergique, un développement basé sur des preuves a été trouvé pour quatre applications : MASK-air, AllergyMonitor, Polle et Air Rater.

Cette revue se concentre sur la stratification des patients pour l’ITA, les scores de médications symptomatiques pour le suivi, les essais cliniques et l’Académie européenne d’allergie et d’immunologie clinique (EAACI).

Une stratification des patients est nécessaire pour :

–    Identifier les meilleurs candidats pour une intervention par une gestion des soins complexes

–    Réduire le temps et les ressources nécessaires pour associer un patient à un programme de gestion des soins

–    Optimiser les coûts.

Les scores des médicaments symptomatiques sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de l’ITA, en particulier dans des essais cliniques et des études observationnelles.

Le groupe de travail EAACI a été créé pour évaluer les technologies de pointe et le potentiel futur dans le domaine de la rhinite allergique. Ce groupe de travail a évalué la conception, l’engagement des utilisateurs, le contenu, le potentiel d’induire un changement de comportement, la crédibilité et les politiques de confidentialité des produits mHealth.

En conclusion, la technologie mHealth est un outil potentiel pour aider à la prise de décision en ITA, augmenter l’observance, surveiller l’efficacité et la sécurité et identifier les répondeurs au traitement. Cependant, ces outils peuvent aussi avoir leurs inconvénients, notamment s’ils sont mal utilisés ou non validés.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Association des taux sériques de vitamine D et d’immunoglobulines E avec la gravité de la rhinite allergique.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Nukhbat U. Awan, Shahzada K. Sohail, Fatima Naumeri, Shahida Niazi, Khalid Cheema, Samina Qamar, Syeda Fatima Rizvi

Cureus. 2021 Jan 25;13(1): e12911. doi: 10.7759/cureus. 12911..

Les symptômes de la rhinite allergique comprennent l’inflammation de la muqueuse nasale, et ils touchent jusqu’à 30 à 40 % de la population, avec une prévalence croissante. L’objectif de cette étude était d’évaluer la relation entre la gravité de la rhinite allergique et les taux sériques de vitamine D et d’immunoglobulines E (IgE).

Il s’agissait d’une étude cas-témoins, menée entre juin et septembre 2020, qui incluait un total de 224 participants répartis en deux groupes. Le groupe A comprenait 112 participants présentant des symptômes d’asthme modérés à sévères, et le groupe B (témoin) comprenait 112 participants présentant des symptômes d’asthme légers après le traitement de la rhinite allergique. Les deux groupes ont été comparés en évaluant la différence moyenne entre les taux sériques d’IgE et de vitamine D. La relation a été évaluée par régression logistique et odds ratio.

Il y avait 106 participantes féminines (47,3 %), avec un âge moyen de 26,78 ± 8,92 ans dans le groupe A et de 25,72 ± 8,12 ans dans le groupe B. Les taux sériques moyens d’IgE étaient de 383,69 ± 154,86 UI/ml pour le groupe A et 373,03 ± 106,83 UI/ml pour le groupe B (p=0,0001). Les taux sériques moyens de vitamine D étaient de 16,24 ± 6,7 ng/ml pour le groupe A et de 26,92 ± 35 ng/ml pour le groupe B (p=0,0001).

Les participants ayant de faibles taux de vitamine D étaient 24 fois plus susceptibles de développer une rhinite allergique modérée à sévère.  En conclusion, cette étude a démontré que les taux d’IgE sont augmentés dans la rhinite allergique modérée à sévère, par rapport à la rhinite allergique légère. La carence en vitamine D est liée à une gravité accrue des symptômes de rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Consensus d’experts sur les aspects pratiques du traitement de l’urticaire chronique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Andrea Bauer, eta al.

Allergo J Int . 2021 Feb 24;1-12. doi: 10.1007/s40629-021-00162-w. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique est une maladie fréquente, représentant un lourd fardeau pour de nombreux patients car les symptômes ne sont souvent pas correctement contrôlés. Le diagnostic et le traitement factuels de l’urticaire font partie des lignes directrices existantes. Cependant, celles-ci ne répondent pas à certaines questions de la pratique clinique quotidienne. Cette étude visait à résumer les résultats d’une réunion numérique tenue en mai 2020, au cours de laquelle des spécialistes ont discuté les aspects pratiques de l’urticaire chronique, pour formuler des aides de soutien au traitement clinique quotidien.

On sait que le diagnostic d’urticaire chronique est rapide, par examen physique, anamnèse et tests de laboratoire, et son traitement doit être réalisé de la même manière, qu’il y ait des papules, un angio-œdème ou les deux. Un antihistaminique H1 non sédatif de deuxième génération est le premier traitement de choix. Si l’urticaire ne disparaît pas en deux à quatre semaines, une dose plus élevée est recommandée. S’il n’y a pas d’amélioration après deux à quatre semaines, un traitement supplémentaire par des anticorps IgE approuvés, comme l’omalizumab, doit être administré.

En l’absence de succès thérapeutique après six mois de traitement par omalizumab, il est recommandé de traiter hors AMM par la ciclosporine A, en plus du traitement existant par antihistaminiques H1. En cas d’exacerbations aiguës, des glucocorticoïdes oraux-systémiques peuvent être administrés pendant jusqu’à 10 jours pour diminuer la durée et l’activité.

En conclusion, ces recommandations s’ajoutent aux lignes directrices thérapeutiques existantes et soutiennent la pratique clinique chez des personnes atteintes d’urticaire chronique, dans le but de les aider à vivre sans symptômes et avec une meilleure qualité de vie, en veillant à ce que le médecin traitant fournisse une bonne documentation et une éducation adéquate au patient concernant l’utilisation hors AMM des médicaments.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Réponses neurophysiologiques exagérées aux facteurs de stress chez des patients atteints d’urticaire chronique spontanée

By | Sélection d'articles

Engel-Yeger B, Maurer M, Hawro T, Zubedat S, Avital A, Kessel A

Clin Exp Allergy. 2021 Feb 22. doi: 10.1111/cea.13854. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique spontanée a un impact sur la qualité de vie et le bien-être émotionnel des personnes qui en souffrent. Les personnes atteintes d’urticaire chronique spontanée présentent une détresse émotionnelle, de l’anxiété, de la dépression, des troubles somatoformes et un stress accrus, en corrélation avec l’activité de l’urticaire.

Les personnes atteintes d’urticaire chronique spontanée peuvent être plus sensibles aux facteurs de stress et donc présenter des réponses de stress accrues. Les réponses de stress peuvent conduire à la sécrétion de neuropeptides par les nerfs sensoriels de la peau, interagissant avec les mastocytes et libérant de l’histamine, provoquant des crises d’urticaire chronique spontanée.

Cette étude a comparé les réponses de stress au sursaut acoustique et les niveaux du stress, chez 47 personnes souffrant d’urticaire chronique spontanée et 56 volontaires en bonne santé. Les niveaux du stress ont été évalués avec l’Échelle de stress perçu.

La séance d’exposition aux agents stressants durait trois minutes. Les participants ont été exposés à 40 stimuli de sursaut auditifs, espacés de manière aléatoire. Les réponses aux stimuli ont été mesurées par évaluation électromyographique de l’amplitude de la contraction du muscle orbiculaire de l’oeil et du nombre de clignements oculaires, pour chaque stimulus de sursaut.

Les personnes atteintes d’urticaire chronique spontanée avaient des réponses plus fortes aux stimuli de sursaut auditifs que les volontaires en bonne santé, avec des valeurs moyennes élevées en électromyographie et un nombre plus élevé de clignements oculaires. Les personnes atteintes d’urticaire avaient également des réponses de stress plus longues et des niveaux de stress plus importants, selon l’évaluation par l’Échelle de stress perçu.

En conclusion, les personnes atteintes d’urticaire ont des réponses de stress accrues, selon des mesures objectives et subjectives. Les mécanismes neuro-immuns sous-jacents doivent être étudiés davantage, car il est possible que le stress prédispose à l’urticaire spontanée chronique et que l’urticaire spontanée chronique augmente le stress, formant une boucle d’amplification de la maladie.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Antihistaminiques et amphiphiles cationiques : ces vieilles molécules seraient-elles de nouveaux outils contre le COVID-19 ?

By | Sélection d'articles

Clara Gitahy Falcao Faria, et al.

Med Hypotheses. 2021 Jan 24;148:110508. doi: 10.1016/j.mehy.2021.110508. En ligne avant impression.

Certaines études démontrent que des médicaments psychoactifs peuvent protéger contre l’infection par le SRAS-CoV-2. Des antihistaminiques H1 et des médicaments amphiphiles cationiques (CAD) ont été identifiés comme potentiellement efficaces contre le coronavirus. Les CAD entraînent des troubles du trafic intracellulaire, perturbant l’entrée et la réplication virale.

De nombreux antihistaminiques sont également des CAD, agissant sur l’entrée du virus et exerçant à la fois une régulation négative sur la libération par les macrophages pulmonaires humains d’IL-6, qui est sécrétée en grande quantité pendant l’orage cytokinique du COVID-19.

Les antihistaminiques H1 en général et les phénothiazines et leurs dérivés, en particulier, peuvent représenter une stratégie utile contre le SRAS-CoV-2 à différents stades, de la prophylaxie à la prévention des complications. De plus, un échantillon de 219 000 dossiers médicaux a démontré que trois antihistaminiques (azélastine, diphenhydramine et hydroxyzine) étaient associés à une incidence réduite du SRAS-CoV-2 chez les personnes de plus de 61 ans.

Bien que des études plus récentes suggèrent qu’un trouble psychiatrique puisse augmenter le risque de COVID-19 ou d’en développer une forme grave, les auteurs en sont venus à l’hypothèse que les patients souffrant de troubles mentaux, une fois hospitalisés en raison du COVID-19, voient leur risque augmenter en raison d’une possible réduction voire interruption de médicaments ayant un effet potentiel contre le SRAS-CoV-2.

En conclusion, les médicaments les mieux tolérés et ayant peu d’effets secondaires peuvent devenir des candidats prophylactiques pour réduire le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 dans la population générale. Cependant, le rapport bénéfice-risque doit toujours être évalué.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Prédicteurs de la réponse au traitement dans l’urticaire chronique spontanée

By | Sélection d'articles

Jie Shen Fok, Pavel Kolkhir, Martin K. Church, Marcus Ma

Allergy . 2021 Feb 4. doi: 10.1111/all.14757. En ligne avant impression.

 

L’urticaire chronique spontanée consiste en des papules, un œdème de Quincke, ou les deux, durant plus de six semaines. Les patients souffrant d’urticaire chronique ont une qualité de vie altérée, affectant leurs relations, leur travail et leur sommeil. Les directives de traitement existantes recommandent une escalade thérapeutique, depuis les antihistaminiques H1 de deuxième génération à l’omalizumab et à la ciclosporine, jusqu’à une réponse complète.

Cette revue visait à évaluer les prédicteurs de réponse et de non-réponse à ces traitements dans l’urticaire chronique spontanée.

Une recherche systématique a été effectuée à l’aide de la base de données PubMed/MEDLINE, et 73 études ont été incluses. Différents niveaux de preuve ont été classés comme forts (prédicteurs robustes), faibles (prédicteurs émergents) ou non associés.

Une forte activité de la maladie, des niveaux élevés de protéine C-réactive, et le D-dimère sont des prédicteurs robustes d’une réponse faible ou nulle aux antihistaminiques H1. De faibles taux sériques d’IgE totales peuvent prédire une réponse à l’omalizumab. La réponse à la ciclosporine peut être prédite par un test positif de libération d’histamine par les basophiles, tandis que des IgE totales basses sont un prédicteur émergent.

En conclusion, il existe des prédicteurs cliniques et biochimiques d’une non-réponse aux antihistaminiques H1 et à l’omalizumab, ainsi que des prédicteurs d’une réponse à la ciclosporine. Ces prédicteurs peuvent aider les spécialistes à conseiller les patients et à privilégier les patients à risque de non-réponse pour une évaluation et un passage à des traitements plus efficaces.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Repositionnement des antagonistes des récepteurs de l’histamine H1: La doxépine inhibe la viropexie du pseudovirus à spicule SARS-CoV-2 en bloquant l’ACE2

By | Sélection d'articles

Shuai Ge, Xiangjun Wang, Yajing Hou, Yuexin Lv, Cheng Wang, Huaizhen He

Eur J Pharmacol . 2021 Jan 23;896:173897. doi: 10.1016/j.ejphar.2021.173897. Online ahead of print.

Depuis fin 2019, la propagation du coronavirus SARS-CoV-2 menace en permanence notre santé, au niveau mondial. Il existe un besoin urgent de médicaments et de vaccins efficaces pour lutter contre le COVID-19 ; cependant, cela peut prendre plus de temps que prévu. L’une des stratégies réalisables pour lutter contre cette situation consiste à réaffecter les médicaments existants et à raccourcir leur temps de développement pour lutter contre cette épidémie virale.

Il a été démontré que les antagonistes des récepteurs de l’histamine H1 (antihistaminiques H1) ont des effets antiviraux à large spectre.

L’objectif de cette étude était de passer au crible des médicaments potentiels parmi les récepteurs de l’histamine H1 qui pourraient avoir la capacité d’inhiber l’infection par le virus SRAS-CoV-2.

Cinq antihistaminiques H1 approuvés par la FDA se sont avérés avoir une bioaffinité pour l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), sur la base du modèle de chromatographie sur membrane cellulaire HEK293T surexprimant l’ACE2.

Par la suite, l’interaction entre ces médicaments et l’ACE2 a été déterminée par analyse frontale et par résonance plasmonique de surface (SPR), qui ont également démontré de manière consistante que ces hits se lient à l’ACE2 à des niveaux micromolaires d’affinité.

Un test par pseudovirus a permis d’observer que la doxépine pourrait inhiber l’entrée du pseudovirus à spicule SARS-CoV-2 dans la cellule exprimant l’ACE2, réduisant le taux d’infection à 25,8 %.

La doxépine peut être un médicament candidat pour des essais cliniques visant à combattre le COVID-19. Il est maintenant recommandé de comparer ces résultats avec les résultats in vivo et de fournir des preuves pour une évaluation dans le cadre d’essais cliniques.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Allergic rhinitis: impact on quality of life of adolescents

Rhinite allergique : impact sur la qualité de vie des adolescents

By | Sélection d'articles

C S Rosario

Eur Ann Allergy Clin Immunol. 2020 Nov 12. doi: 10.23822/EurAnnACI.1764-1489.176. Publication en ligne avant impression.

L’une des phases les plus rapides du développement humain est l’adolescence, la maturité biologique précédant la maturité psychosociale. 15 % des jeunes âgés de 13 à 14 ans souffrent de rhinite allergique, soit deux fois plus que les enfants âgés de 6 à 7 ans. La prévalence de la rhinite allergique est plus élevée chez les garçons jusqu’à 10 ans. La tendance s’inverse à l’adolescence où la prévalence est plus élevée chez les filles.

À l’âge adulte, en revanche, toute prévalence en fonction du sexe disparaît. Les changements qui surviennent à l’adolescence ont des conséquences sur la santé tout au long de la vie et ont un impact sur la qualité de vie. La rhinite allergique a un impact significatif sur la qualité de vie des adolescents et de leurs parents : effets sédatifs de la plupart des antihistaminiques, absences scolaires et performances moins bonnes en raison de la distraction, de la fatigue et de l’irritabilité. L’impact sur les parents est également négatif : anxiété, surprotection et nécessité de s’absenter du travail.

La technologie numérique permet de contribuer à une approche originale pour caractériser les signes et les symptômes de la rhinite allergique, ainsi que leur lien avec d’autres affections allergiques. La réussite du traitement réside dans le partenariat entre les adolescents atteints de rhinite allergique et la technologie mobile qui leur permet d’accéder à davantage d’informations disponibles concernant la maladie et son traitement.

En conclusion, s’il existe des données concernant les problèmes auxquels les adolescents asthmatiques sont confrontés, les enjeux de la rhinite allergique semblent sous-documentés.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
COVID-19 and allergy: How to take care of allergic patients during a pandemic?

COVID-19 et allergies : comment prendre soin des patients allergiques lors d’une pandémie ?

By | Sélection d'articles

Antonella Cianferoni, Martina Votto

Pediatr Allergy Immunol. 2020 Nov;31 Suppl 26:96-101. doi: 10.1111/pai.13367.

Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), également connu sous le nom de COVID-19, constitue une nouvelle menace pour toute la population en raison de son taux d’infection élevé ainsi que de sa morbidité et sa mortalité chez les populations vulnérables. Pendant la pandémie, la continuité des soins auprès des allergologues est primordiale pour les personnes atteintes de rhinite allergique. Les allergologues sont confrontés au défi de se protéger de l’infection au SRAS-CoV-2 et de fournir des soins aux personnes atteintes de rhinite allergique. Ils doivent être prêts à travailler en toute sécurité en adaptant leurs pratiques de manière adéquate jusqu’à ce qu’un vaccin universel soit trouvé ou que l’immunité collective soit obtenue. Certaines des maladies observées par les allergologues ne sont pas considérées comme des facteurs de risque, mais présentent des symptômes tels que la toux et les éternuements qui figurent dans le diagnostic différentiel par rapport à la COVID-19.

Résumé du mode de traitement des conditions spécifiques au cabinet de l’allergologue :

  • Les tests épicutanés peuvent être retardés, car les informations qu’ils fournissent ne sont généralement pas essentielles pour le traitement immédiat du patient.
  • Les provocations alimentaires peuvent être retardées, sauf la provocation aux arachides chez les nourrissons ou l’introduction d’un aliment essentiel pour une nutrition appropriée afin d’éviter une intervention telle que la pose d’un tube G ou d’un tube NG.
  • Chez les patients sous immunothérapie, l’administration du traitement peut être espacée jusqu’à 6 semaines pour réduire les visites au cabinet pendant la pandémie, avec la possibilité d’ajuster la dose jusqu’à la reprise du rythme habituel. La mise en place d’une immunothérapie doit toutefois être évitée.
  • La spirométrie peut provoquer une aérosolisation. Par conséquent, les personnes atteintes de COVID-19 ou de symptômes pseudo-grippaux ne doivent pas être testées. Tous les tests habituels devraient être reportés pendant la phase pandémique.
  • L’asthme est un facteur de risque de maladie grave dans le cas des infections au coronavirus 2. Néanmoins, les recommandations actuelles doivent se conformer aux directives de traitement.
  • Les patients atteints de rhinite allergique doivent poursuivre leur traitement. Aucune étude n’a mis en évidence un quelconque risque de complications graves chez ces patients lors d’une infection au COVID-19. La rhinite allergique peut être décelée par téléconsultation (vidéo ou téléphonique) et le diagnostic de l’allergie posé ultérieurement.

Chacune de ces suggestions est sujette à modification en fonction de l’évolution de la situation sur chaque territoire. La limitation des visites en présentiel peut avoir un impact financier important. De la même manière, il arrive un moment où le report de la procédure représente un risque plus important pour le patient que le risque potentiel d’être exposé à la COVID-19. Il est important d’en tenir compte.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
The usage, quality and relevance of information and communications technologies in patients with chronic urticaria:

L’utilisation, la qualité et la pertinence des technologies de l’information et de la communication chez les patients souffrant d’urticaire chronique : une étude UCARE

By | Sélection d'articles

Marcus Maurera, et al.

World Allergy Organ J . 2020 Oct 30;13(11):100475. doi:10.1016/j.waojou.2020.100475. eCollection 2020 Nov.

L’urticaire chronique se caractérise par des papules qui démangent ou un œdème de Quincke ou les deux pendant une durée de six semaines ou plus. Elle a un impact sur la qualité de vie physique et émotionnelle des patients. Les personnes souffrant d’urticaire chronique et d’autres affections chroniques recherchent des informations par le biais des technologies de l’information et des communications (TIC). Cette étude visait à évaluer la fréquence d’utilisation et la préférence des TIC chez les patients atteints d’urticaire chronique.

Il s’agissait d’une étude transversale incluant 1 800 patients atteints d’urticaire chronique spontanée ou d’urticaire chronique inductible, âgés de plus de 12 ans, sélectionnés dans des centres de santé primaires, des hôpitaux universitaires ou des cliniques spécialisées UCARE (Urticaria Centers of Reference and Excellence) dans 16 pays. Les patients ont été invités à répondre à 23 questions notamment concernant l’utilisation des TIC (type, fréquence, préférence, qualité). Les réponses ont été enregistrées dans une base de données. Les TIC ont ensuite été classées en trois groupes : One-to-one (un-à-un) : SMS, WhatsApp, Skype et e-mail ; One-to-many (un-à-plusieurs) : YouTube, navigateurs Web, blogs ou forums ; et Many-to-many (plusieurs-à-plusieurs) : Instagram, Twitter, Facebook et LinkedIn.

Dans le monde, la plupart des patients atteints d’urticaire chronique avaient accès à des plateformes TIC (99,6 %) et à Internet (96,7 %). Les plateformes TIC les plus utilisées ont été les One-to-one (85,4 %), suivies par les One-to-many (75,5 %) et les Many-to-many (59,2 %). L’utilisation des plateformes TIC s’est accrue avec l’éducation des patients. Les plateformes One-to-many ont été privilégiées pour les informations d’ordre général sur la santé et les informations relatives à l’urticaire chronique. Pour obtenir des informations spécifiques sur l’urticaire chronique, 3 patients sur 4 ont utilisé un navigateur Web, 20,9 % ont utilisé YouTube et 13,6 % ont utilisé Facebook. Un patient sur cinq n’a utilisé aucune forme de TIC. La qualité des informations a été jugée très intéressante et de bonne qualité pour les informations d’ordre général sur la santé (53,5 %) et les informations relatives à l’urticaire chronique (51,5 %) par rapport aux autres catégories.

En conclusion, dans le monde entier, pour obtenir des informations relatives à la santé et à l’urticaire, les patients ont majoritairement recours à l’utilisation des technologies de l’information et des communications, les navigateurs Web étant la plateforme qu’ils privilégient.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Cold urticaria what we know and what we do not know

Certitudes et zones d’ombre autour de l’urticaire au froid

By | Sélection d'articles

Natalya Maltseva, et al.

Allergy. 2020 Nov 28. doi: 10.1111/all.14674. Publication en ligne avant impression.

L’urticaire au froid est un sous-type d’urticaire chronique inductible qui se caractérise par l’apparition de papules et/ou d’un œdème de Quincke après une exposition au froid. Elle constitue un problème clinique complexe en raison du risque d’anaphylaxie induite par le froid, de sa longue durée et des difficultés à établir le diagnostic de l’urticaire au froid atypique. La classification de l’urticaire au froid comprend des sous-types typiques et atypiques. Des études et directives récentes ont fait progresser sa compréhension et sa gestion.

Il semble que ce type d’urticaire implique la formation d’auto-allergènes et d’IgE pour ces auto-allergènes induits par le froid ce qui provoque la libération de médiateurs par les mastocytes cutanés.

On sait que les papules induites par le froid se développent lors du réchauffement et disparaissent en une heure et qu’une anaphylaxie peut survenir. Son diagnostic repose sur les antécédents du patient et les tests de stimulation par le froid. D’autres tests incluant la recherche d’infections sous-jacentes doivent être effectués, si le dossier du patient est pertinent. La prise en charge de l’urticaire au froid consiste à éviter le froid, à utiliser des antihistaminiques non sédatifs et, si nécessaire, à recourir à l’omalizumab.

Les questions laissées sans réponse incluent l’épidémiologie de l’urticaire au froid, les mécanismes pathologiques sous-jacents, l’hétérogénéité clinique et les résultats du traitement.

Une étude prospective observationnelle multicentrique internationale COLD-CE est en cours dans l’objectif d’améliorer globalement la compréhension de l’urticaire et de l’anaphylaxie au froid, les recherches concernant leur physiopathologie étant une priorité. L’œdème de Quincke oropharyngé et/ou l’anaphylaxie au froid dans l’urticaire au froid requièrent l’étude complémentaire d’agents innovants. La prochaine limite de la recherche menant à de nouvelles cibles thérapeutiques réside dans l’utilisation d’approches génomiques, post-génomiques et d’apprentissage automatique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
nasal allergen challenge in allergic rhinitis

Provocation allergénique nasale répétitive dans la rhinite allergique : Amorçage et inflammation de type Th2 sans aucun signe de remodelage

By | Sélection d'articles

Nara Orban, Mikila R Jacobson, Kayhan T Nouri-Aria, Stephen R Durham, Aarif O Eifan

Clin Exp Allergy. 2020 Nov 3. doi: 10.1111/cea.13775. Publication en ligne avant impression.

La rhinite allergique saisonnière se caractérise par une éosinophilie tissulaire locale et la présence de cytokines Th2. L’asthme se caractérise par un remodelage des voies respiratoires en contradiction avec les preuves de remodelage dans le cas de la rhinite allergique. Cette étude visait à évaluer la relation entre l’inflammation allergique et les caractéristiques de remodelage de la rhinite allergique à l’aide d’une nouvelle provocation allergénique nasale répétitive chez l’humain.

Cette étude portait sur douze patients atteints de rhinite allergique modérée à sévère ayant subi cinq provocations un jour sur deux avec un diluant, puis quatre semaines après cinq provocations un jour sur deux avec de l’extrait de pollen de graminées. Les évaluations ont porté sur les symptômes nasaux, la présence de cytokines Th1/Th2 dans les sécrétions nasales et le sang. Des biopsies nasales ont été effectuées le lendemain des première et cinquième provocations réalisées avec un diluant et un allergène. Seize témoins sains ont été soumis à une provocation unique avec un diluant et un allergène. Les cellules inflammatoires épithéliales et sous-muqueuses ainsi que les marqueurs de remodelage ont été évalués par analyse d’image assistée par ordinateur.

Les symptômes de la rhinite allergique ont augmenté après chaque provocation allergénique par rapport au diluant (p<0,05), avec des signes d’amorçage clinique et immunologique. La présence de l’IL-5 et d’une éosinophilie tissulaire dans les sécrétions nasales s’est considérablement accrue suite à la provocation allergénique nasale, par rapport aux provocations avec un diluant. Les patients atteints de rhinite allergique ont montré l’évidence d’une corrélation entre les mastocytes sous-muqueux et la réponse clinique en phase initiale et une association entre les éosinophiles épithéliaux et l’IL-5 dans les sécrétions nasales. Aucune différence n’a été relevée après provocation allergénique concernant l’intégrité épithéliale, l’épaisseur de la membrane basale réticulaire, la zone glandulaire, l’expression des marqueurs d’activation du remodelage des voies respiratoires, y compris l’α-SMA, la HSP-47, la matrice extracellulaire, l’angiogenèse et la lymphangiogenèse pour la rhinite allergique par rapport au groupe témoin.

En conclusion, de nouvelles provocations allergéniques nasales répétitives chez des personnes atteintes de rhinite allergique persistante sévère ont abouti à une éosinophilie tissulaire. Le taux d’IL-5 s’est accru sans qu’il y ait de changements structurels et sans mettre en évidence un quelconque rapport entre l’inflammation Th2 et le développement d’un remodelage des voies respiratoires dans la rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR