Asero R, Marzano AV, Ferrucci S, Lorini M, Carbonelli V, Cugno M.

Clin Exp Immunol. 2020 Mar 2. doi: 10.1111/cei.13428. [Epub avant impression]

L’urticaire chronique spontanée (UCS) est la manifestation récurrente de papules parfois associées à un œdème de Quincke pendant plus de 6 semaines. Il s’agit d’une maladie fréquente et potentiellement invalidante. Sa pathogenèse montre une connexion complexe et peu claire entre l’immunoglobuline G (IgG) et l’auto-immunité médiée par l’immunoglobuline E (IgE), ce qui conduit à une dégranulation des mastocytes et des basophiles et à la formation de papules.

Le but de cette étude était d’évaluer la réactivité des IgG et IgE aux autoantigènes chez les personnes souffrant d’urticaire chronique spontanée et d’évaluer ses effets sur la réponse à l’anticorps monoclonal anti-IgE (omalizumab).

L’étude portait sur 20 participants qui ont subi un traitement à l’omalizumab (300 g/mois). Un score d’activité de l’urticaire égal à 7 (UAS7) a été enregistré au départ et 1, 3 et 4 mois après le début du traitement pour classer les répondeurs précoces, tardifs ou non répondeurs. Au départ, les sérums des 20 participants et 20 témoins ont été testés pour les auto-anticorps IgE et IgG contre les récepteurs IgE de haute et basse affinité, le facteur tissulaire et la thyroglobuline par ELISA. Les niveaux d’anticorps ont été comparés à ceux des témoins et analysés en fonction de la réponse.

18 répondeurs à l’omalizumab (11 précoces et 7 tardifs) et 2 non répondeurs ont été comptabilisés. Plus de la moitié des participants présentaient des IgE et IgG contemporaines pour au moins l’un des quatre auto-antigènes. Les niveaux d’IgG et d’IgE anti-TF étaient plus élevés chez les répondeurs tardifs. 25 % des participants présentaient des niveaux de récepteurs IgE anti-haute et basse affinité (IgE anti-FcεRI), ce qui laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un nouvel auto-allergène dans l’urticaire chronique spontanée.

En conclusion, des réponses auto-immunes soutenues par les classes d’anticorps IgE et IgG ont été détectées chez plus de la moitié des participants atteints d’urticaire chronique spontanée. De telles réponses auto-immunes peuvent coexister et éventuellement influencer la réponse clinique au traitement anti-IgE, en particulier chez les répondeurs tardifs à l’omalizumab.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

ACCÈS

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR