Pavel Kolkhir, Elena Kovalkova, Anton Chernov, Inna Danilycheva, Karoline Krause, Merle Sauer, Andrey Shulzhenko, Daria Fomina, Marcus Maurer

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Aug 4;S2213-2198(21)00884-9. doi : 10.1016/j.jaip.2021.07.043. En ligne avant impression.

L’urticaire commune spontanée (UCS) est une affection cutanée courante, provoquée par les mastocytes et caractérisée par le développement de papules, d’œdème de Quincke ou des deux, durant plus de six semaines. Récemment, des études ont démontré l’existence de deux endotypes pour la pathogenèse des UCS: les UCS de type I (auto-allergiques) et de type IIb (auto-immunes).

Le type IIb d’UCS auto-immune (UCSai) est lié aux auto-anticorps IgG, IgM et IgA contre le récepteur IgE de haute affinité, FcɛRIα, activant les mastocytes cutanés. Au moins 8 % des cas d’UCS sont des UCSai, représentant une charge de morbidité élevée (activité élevée de maladie, taux élevés de comorbidité auto-immune et réponse inadéquate au traitement). L’UCSai peut être difficile à diagnostiquer car les tests existants (test cutané sérique autologue [ASST], dosages immunologiques d’auto-anticorps et tests de basophiles) ne sont généralement pas disponibles et ont des limites. En outre, l’UCSai répond mal au traitement.

Cette étude visait à évaluer la relation entre un taux élevé de peroxydase antithyroïdienne (POaT), un faible taux d’IgE et la réponse au traitement.

Un total de 1 120 dossiers de patients ont été analysés pour les paramètres démographiques, cliniques, de laboratoire, et les réponses au traitement. Les IgE totales et la POaT ont été mesurées et quatre marqueurs ont été analysés (ASST, test d’activation des basophiles [TAB], numération des éosinophiles et des basophiles).

Un patient sur dix (n=123) présentait à la fois un taux élevé de POaT et un faible taux d’IgE, ce qui était lié à un âge plus avancé au moment de l’apparition de l’UCS, au sexe féminin, à un œdème de Quincke, et à une durée d’UCS plus courte. C’était également lié à la positivité aux marqueurs d’UCSai. Un TAB positif était présent chez 44 % des patients, avec un taux élevé de POaT et un faible taux d’IgE. Ces patients ont eu de faibles taux de réponse au traitement antihistaminique par rapport aux autres patients.

En conclusion, un taux élevé de POaT et un faible taux d’IgE peuvent constituer un biomarqueur précieux pour le diagnostic de l’UCSai en pratique clinique quotidienne.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR