Marcus Maurer, David A. Khan, Daniel Elieh Ali Komi, Allen P. Kaplan

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Mar;9(3):1067-1078. doi: 10.1016/j.jaip.2020.11.043.

Le traitement de l’urticaire a beaucoup évolué au cours de la dernière décennie. Les lignes directrices actuelles pour le traitement de l’urticaire spontanée chronique recommandent l’utilisation de l’omalizumab, un médicament biologique ciblant les IgE. Les IgE ont une forte affinité pour le récepteur FcεRI et dégranulent les mastocytes cutanés, responsables du développement de signes et de symptômes d’urticaire, de papules prurigineuses et d’œdème de Quincke. Cette étude vise à passer en revue la compréhension existante de la pathogenèse de l’urticaire chronique et de ses endotypes auto-immuns.

L’omalizumab est le seul médicament biologique autorisé pour une utilisation dans l’urticaire chronique à partir de l’âge de 12 ans. Il est recommandé comme troisième étape du traitement chez les patients qui ont connu un échec avec des antihistaminiques standard ou de deuxième génération à dose élevée, et il est généralement bien toléré. L’omalizumab a de multiples mécanismes d’action potentiels dans l’urticaire chronique, avec des effets sur les mastocytes et les basophiles, réduisant la libération de médiateurs et diminuant l’expression du FcεRI. Il a été approuvé pour l’urticaire chronique à des doses de 150 ou 300 mg toutes les 4 semaines. Les mauvais répondeurs peuvent bénéficier d’un raccourcissement de l’intervalle entre les doses, à toutes les 2 ou 3 semaines, ou par un traitement d’appoint avec 3 mg/kg/jour de ciclosporine, chacun pendant 4 mois.

Certains autres médicaments biologiques utilisés hors AMM dans l’urticaire chronique comprennent le dupilumab, le benralizumab, le mépolizumab, le reslizumab et le sécukinumab. De nouveaux produits biologiques en cours de développement visent à réduire l’activation des mastocytes en bloquant les voies d’activation ou en ciblant les récepteurs inhibiteurs ou le nombre de mastocytes. Il s’agit notamment du ligélizumab et du GI-301, de l’avdoralimab, du tézépelumab, du lirentélimab, du LY3454738 et du CDX-0159, à différents stades de développement.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR