Rawls M, Thiele J, Adams DE, Steacy LM, Ellis AK.

Ann Allergy Asthma Immunol. 2020 Mar 12. pii: S1081-1206(20)30147-2. doi: 10.1016/j.anai.2020.03.003. [Epub avant impression]

La rhinite allergique est un trouble inflammatoire du nez induit par les immunoglobulines E (IgE). Sa prévalence varie de 10 à 30 % en Amérique du Nord. Les pollens de graminées sont des allergènes courants qui peuvent provoquer des symptômes de rhinite allergique, tels que des éternuements, des démangeaisons nasales, de la congestion et un écoulement post nasal. Les symptômes incontrôlés de la rhinite allergique peuvent avoir un impact négatif sur la qualité du sommeil, la productivité au travail, la capacité de conduire et les résultats scolaires. Les antihistaminiques et les corticoïdes nasaux sont les traitements habituellement prescrits pour réduire la sévérité des symptômes. L’objectif de cette étude était d’évaluer si les allergènes de l’herbe des Bermudes peuvent provoquer des symptômes de rhinite allergique chez les participants sensibilisés et de déterminer si le modèle de provocation allergénique nasale est approprié pour étudier ce type de rhinite allergique.

L’étude incluait 22 participants sensibilisés à l’herbe des Bermudes et 12 participants non allergiques, ayant été soumis à une provocation allergénique nasale titrée avec une augmentation des concentrations d’allergènes lors d’une visite de dépistage. Le score total des symptômes nasaux (STSN) et le débit inspiratoire nasal de pointe ont été enregistrés avant l’exposition aux allergènes et 10 minutes après chaque concentration.

Lors de la provocation allergénique nasale titrée, 19 des 22 participants sensibilisés répondaient aux critères de réponse allergique positive à la provocation. Au cours d’une provocation allergénique nasale à dose unique, les participants sensibilisés présentaient un STSN significativement plus élevé entre 15 minutes et 3 heures après la provocation allergénique nasale que les participants non allergiques. De même, les participants allergiques avaient un nombre significativement accru d’éosinophiles de lavage nasal à la fois 1 et 6 heures après la provocation allergénique nasale. De plus, l’IgE spécifique de l’herbe des Bermudes a été significativement augmentée chez les participants allergiques à l’herbe des Bermudes lors d’une provocation allergénique nasale par rapport à la visite de dépistage.

En conclusion, l’herbe des Bermudes induit des symptômes de rhinite allergique chez les participants sensibilisés et le modèle de provocation allergénique nasale convient pour l’étude de ce type de rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR