Antonella Cianferoni, Martina Votto

Pediatr Allergy Immunol. 2020 Nov;31 Suppl 26:96-101. doi: 10.1111/pai.13367.

Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), également connu sous le nom de COVID-19, constitue une nouvelle menace pour toute la population en raison de son taux d’infection élevé ainsi que de sa morbidité et sa mortalité chez les populations vulnérables. Pendant la pandémie, la continuité des soins auprès des allergologues est primordiale pour les personnes atteintes de rhinite allergique. Les allergologues sont confrontés au défi de se protéger de l’infection au SRAS-CoV-2 et de fournir des soins aux personnes atteintes de rhinite allergique. Ils doivent être prêts à travailler en toute sécurité en adaptant leurs pratiques de manière adéquate jusqu’à ce qu’un vaccin universel soit trouvé ou que l’immunité collective soit obtenue. Certaines des maladies observées par les allergologues ne sont pas considérées comme des facteurs de risque, mais présentent des symptômes tels que la toux et les éternuements qui figurent dans le diagnostic différentiel par rapport à la COVID-19.

Résumé du mode de traitement des conditions spécifiques au cabinet de l’allergologue :

  • Les tests épicutanés peuvent être retardés, car les informations qu’ils fournissent ne sont généralement pas essentielles pour le traitement immédiat du patient.
  • Les provocations alimentaires peuvent être retardées, sauf la provocation aux arachides chez les nourrissons ou l’introduction d’un aliment essentiel pour une nutrition appropriée afin d’éviter une intervention telle que la pose d’un tube G ou d’un tube NG.
  • Chez les patients sous immunothérapie, l’administration du traitement peut être espacée jusqu’à 6 semaines pour réduire les visites au cabinet pendant la pandémie, avec la possibilité d’ajuster la dose jusqu’à la reprise du rythme habituel. La mise en place d’une immunothérapie doit toutefois être évitée.
  • La spirométrie peut provoquer une aérosolisation. Par conséquent, les personnes atteintes de COVID-19 ou de symptômes pseudo-grippaux ne doivent pas être testées. Tous les tests habituels devraient être reportés pendant la phase pandémique.
  • L’asthme est un facteur de risque de maladie grave dans le cas des infections au coronavirus 2. Néanmoins, les recommandations actuelles doivent se conformer aux directives de traitement.
  • Les patients atteints de rhinite allergique doivent poursuivre leur traitement. Aucune étude n’a mis en évidence un quelconque risque de complications graves chez ces patients lors d’une infection au COVID-19. La rhinite allergique peut être décelée par téléconsultation (vidéo ou téléphonique) et le diagnostic de l’allergie posé ultérieurement.

Chacune de ces suggestions est sujette à modification en fonction de l’évolution de la situation sur chaque territoire. La limitation des visites en présentiel peut avoir un impact financier important. De la même manière, il arrive un moment où le report de la procédure représente un risque plus important pour le patient que le risque potentiel d’être exposé à la COVID-19. Il est important d’en tenir compte.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR