Mojca Bizjak, Mitja Kosnik, Dorothea Terhorst-Molawi, Dejan Dinevski, Marcus Maurer

Front Immunol. 2021 Apr 29;12:665491. doi: 10.3389/fimmu.2021.665491. eCollection 2021

L’urticaire au froid est une affection caractérisée par des papules et/ou un œdème de Quincke en réponse au froid. Elle est généralement diagnostiquée après des tests de provocation, et les seuils de déclenchement mesurent son activité. Tout comme l’urticaire « commune », l’urticaire au froid est également une affection provoquée par les mastocytes, où le froid est un signal activateur provoquant une libération d’histamine par les mastocytes dermiques. Les agglutinines froides et les cryoglobulines ont été désignées comme des éléments liés à l’urticaire au froid. L’objectif de cette étude était de comprendre l’impact des agglutinines froides et des cryoglobulines au niveau moléculaire et d’évaluer des stratégies pour l’urticaire au froid.

Il s’agissait d’une étude de cohorte, prospective, monocentrique, comprenant 35 participants atteints d’urticaire au froid. Ils ont été analysés pour les agglutinines froides et la cryoglobuline, les données démographiques, les données historiques, les résultats des tests de stimulation au froid, les valeurs complètes de la formule sanguine, la protéine C-réactive, les taux d’immunoglobulines E totales et les taux de tryptase sérique basale.

Seize (46 %) des 35 participants ont été testés positifs pour l’agglutinine froide, et 9 (27 %) des 33 participants testés avaient un test de cryoglobuline positif. Il n’y avait aucune association de genre pour la cryoglobuline. Cependant, une agglutinine froide positive était principalement trouvée chez les participantes féminines. De plus, un test positif aux agglutinines froides a montré un taux plus élevé de réactions déclenchées par un air ambiant froid, une immersion dans l’eau froide, et aggravées par l’humidité estivale. Ces participantes présentaient également plus souvent un œdème de Quincke déclenché par de la nourriture ou des boissons froides.

Les taux sériques d’agglutinines froides étaient en corrélation avec la numération d’érythrocytes et de monocytes. Les concentrations de cryoglobuline étaient associées aux taux sériques basaux de tryptase et à la durée de l’urticaire au froid.

En conclusion, cette étude suggère que les agglutinines froides et les cryoglobulines sont liées à l’évolution et à la pathogenèse de l’urticaire au froid. D’autres études sont encouragées pour explorer les mécanismes d’action, le traitement et l’utilisation comme biomarqueurs.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR