Glenis K S, Peter W H, Claus B, et al.

World Allergy Organ J. 2020 May 16;100124. doi: 10.1016/j.waojou.2020.100124. Publication en ligne avant impression.

L’infection aiguë à la COVID-19 et l’apparition de la rhinite allergique saisonnière partagent certaines caractéristiques qui peuvent prêter à confusion, en particulier chez les personnes peu coutumières de ce type de symptômes. La toux et la fièvre sont les principaux symptômes de la COVID-19, tandis que la conjonctivite et les démangeaisons sont les symptômes de la rhinite allergique. Une anosmie soudaine et totale peut être le signe précoce d’une infection à la COVID-19, un facteur différenciant de la rhinite allergique. Les équipes d’experts de l’EUFOREA donnent un aperçu des recommandations à l’attention des personnes souffrant de rhinite allergique saisonnière.

44 % des personnes transmettant la COVID-19 étant asymptomatiques, il est important de maîtriser au maximum la rhinite allergique saisonnière afin de diminuer les symptômes, tels que les éternuements, la rhinorrhée et la toux, qui peuvent être responsables de la propagation des particules virales sous forme d’aérosol chez les personnes qui ignorent être également porteuses de la COVID-19.

Les experts recommandent de commencer de manière précoce le traitement de la rhinite allergique saisonnière et de le poursuivre de manière régulière au long cours pendant la période pollinique. Les corticostéroïdes systémiques doivent être évités, car ils peuvent supprimer le système immunitaire. Il n’y a aucune contre-indications à l’utilisation de corticostéroïdes intranasaux, car ceux-ci ne réduisent pas l’immunité et ne normalisent ni la structure ni la fonction de la muqueuse nasale. L’utilisation des inhalateurs pour l’asthme doit être poursuivie de manière régulière afin de garder le contrôle sur l’état de santé du patient pendant la saison pollinique. Les corticostéroïdes inhalés et la combinaison de corticostéroïdes inhalés avec des bronchodilatateurs, des bêta-agonistes à action prolongée, protègent de l’exacerbation de l’asthme viral et peuvent être bénéfiques en période d’épidémie de COVID-19. En outre, chez les personnes souffrant d’asthme sous une forme plus grave et de rhino-sinusite chronique sévère s’accompagnant de polypes nasaux, le traitement par biomédicaments doit être poursuivi pour éviter toute aggravation de ces pathologies. L’immunothérapie allergénique spécifique (ITA) en cours doit être poursuivie au sein du système de santé, si cela est possible, tant qu’aucune infection à la COVID-19 n’a été diagnostiquée. Les nouveaux traitements ITA ne sont pas conseillés, sauf pour l’immunothérapie sublinguale, qui ne nécessite qu’une seule prise sous surveillance.

En cas d’infection à la COVID-19, des corticostéroïdes oraux peuvent être nécessaires chez les patients asthmatiques en cas d’exacerbation grave provoquée par le virus. Les AINS qu’il a été déconseillé de prescrire aux patients, sont essentiels en cas d’asthme sensible aux AINS.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR