Category

Nouveau

Rhinite allergique: Protocoles de défi pour l'unité d'exposition environnementale

Utilité des protocoles de provocation des unités d’exposition environnementale dans l’étude des thérapies de la rhinite allergique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Lubnaa Hossenbaccus, Lisa M. Steacy, Terry Walker, Anne K. Ellis.

Current Allergy and Asthma Reports (2020) 20:34. https://doi.org/10.1007/s11882-020-00922-8

La rhinite allergique (RA) est une maladie inflammatoire de la muqueuse nasale déclenchée par une exposition à un allergène chez des patients sensibilisés. Cette étude s’intéresse à la manière d’utiliser le modèle expérimental des unités d’exposition environnementale (UEE) pour comprendre les nouvelles thérapies de la rhinite allergique. Cette étude a évalué les progrès récents des thérapies de la rhinite allergique à l’aide du modèle UEE.

Les modèles UEE sont des modèles expérimentaux dans l’étude de la rhinite allergique, comprenant, sans s’y limiter, les études d’efficacité de phase 3 en ambulatoire et les études en plein air dans les parcs. Leur utilisation augmente dans le cadre de l’étude des thérapies combinées, des immunothérapies et des nouveaux traitements de la RA. Certains exemples incluent une formulation combinant un spray nasal antihistaminique et corticostéroïde, ayant démontré un début d’action plus rapide par rapport aux thérapies individuelles, des comprimés d’immunothérapie sublinguale pour les allergies aux acariens qui se sont avérées sûres et efficaces, une nouvelle approche d’immunothérapie à base de peptides efficace pour réduire la rhinite allergique au pollen de graminées et les filtres nasaux qui réduisent les symptômes saisonniers de la RA.

Les UEE sont des modèles contrôlés, reproductibles et uniques pour l’étude des thérapies de la rhinite allergique. Les UEE fournissent des renseignements précieux concernant l’efficacité, le début et la durée de l’action ainsi que les effets liés à la dose des thérapies de la rhinite allergique, avec une pertinence clinique directe. Contrairement aux essais d’efficacité de phase 3 et aux études dans les parcs qui reposent sur l’environnement naturel, les UEE permettent de contrôler les variables de l’étude, telles que l’humidité, la température et la répartition des allergènes. Les symptômes de la rhinite allergique générés dans les UEE sont comparables aux saisons polliniques naturelles, ce qui permet de poursuivre les recherches spécifiques aux allergènes y compris lorsque la saison pollinique naturelle est terminée.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Directive de l’EAACI relative à la transition efficace des adolescents et des jeunes adultes souffrant d’allergies et d’asthme

Directive de l’EAACI relative à la transition efficace des adolescents et des jeunes adultes souffrant d’allergies et d’asthme

By | Nouveau, Sélection d'articles

Graham Roberts, et al.

Allergy. 2020 Jun 19. doi: 10.1111/all.14459. Publication en ligne avant impression.

Les adolescents et les jeunes adultes représentent un grand groupe de patients souffrant de rhinite allergique et/ou d’asthme. La plupart du temps, leur traitement est compliqué en raison des changements biologiques et psychosociaux qui surviennent à mesure qu’ils grandissent. Parfois, ils ont du mal à comprendre les conséquences de leur maladie, ne prenant pas la responsabilité de l’autogestion ce qui conduit à une observance sous-optimale et d’autres conséquences négatives. Les soins de transition doivent répondre aux besoins psychologiques, médicaux, éducatifs et professionnels des adolescents et des jeunes adultes.

L’Académie européenne d’allergologie et d’immunologie clinique (EAACI) a élaboré un guide clinique pratique qui fournit des recommandations fondées sur des données probantes aux professionnels de la santé afin de soutenir les soins de transition des adolescents et des jeunes adultes souffrant de rhinite allergique et/ou d’asthme.

Cette directive inclut des recommandations générales sur l’exploitation d’un service clinique à l’attention de ces patients parmi lesquelles: la mise en place de la transition dès l’âge de 11-13 ans, à l’aide d’une approche structurée et multidisciplinaire, en s’assurant qu’ils comprennent parfaitement leur état et disposent de ressources auxquelles ils peuvent accéder, d’un suivi actif de l’observance et de la discussion de toute implication pour la formation et le travail ultérieurs.

Les recommandations spécifiques en matière de transition des allergies et de l’asthme comprennent la simplification des régimes médicamenteux et l’utilisation de rappels, en se concentrant sur les domaines où ces patients manquent de confiance et en impliquant leurs pairs dans leur formation. Identifier et gérer les problèmes psychologiques et socioéconomiques ayant un impact sur la lutte contre les maladies et sur la qualité de vie, sensibiliser leurs proches pour qu’ils les aident à entreprendre une autogestion et les encourager à informer leurs amis de leurs allergies et de leur asthme sont également des propositions de cette directive.

Les systèmes de santé nationaux peuvent avoir besoin d’adapter ces recommandations en fonction de chaque culture. Si les adolescents et les jeunes adultes reçoivent des soins optimaux, ils deviendront des patients adultes experts possédant les connaissances et les compétences nécessaires pour gérer leur état tout au long de leur vie.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Urticaria (angioedema) and COVID- 19 infection

Urticaire (œdème de Quincke) et infection à la COVID-19

By | Nouveau, Sélection d'articles

Mojgan Najafzadeh, Fanila Shahzad, Nader Ghaderi, Kaveh Ansari, Badie Jacob, Andrew Wright

J Eur Acad Dermatol Venereol . 2020 Jun 11;10.1111/jdv.16721. doi:10.1111/jdv.16721. Publication en ligne avant impression.

La relation entre l’urticaire et l’infection à la COVID-19 a rarement été signalée. Cependant, outre des symptômes respiratoires conventionnels, certains patients atteints de la COVID-19 ont rapporté avoir également souffert de manifestations cutanées, telles que des urticaires et des œdèmes de Quincke.

Il s’agit d’une étude de cas concernant un homme âgé qui a présenté pour la première fois une urticaire prurigineuse généralisée de 1,5 à 8,0 cm de diamètre, un malaise général, de la fatigue, de la température et des maux de gorge. Ses tests aux infections parasitaires et bactériennes étaient négatifs, mais le patient présentait toutefois un faible taux de globules blancs et une lymphopénie. Le scanner thoracique a mis en évidence une pneumonie avec des zones d’opacification bilatérales et sous-pleurales d’aspect verre dépoli, une consolidation affectant les lobes inférieurs, confirmant ainsi le diagnostic de COVID-19.

Bien que la relation entre l’urticaire et l’infection ait rarement été rapportée, la littérature suggère que l’urticaire et l’œdème de Quincke peuvent être induits par des infections virales et bactériennes. L’urticaire a déjà été associée au cytomégalovirus, au virus herpétique et au virus d’Epstein-Barr. Il a également été constaté qu’une fois l’infection virale maîtrisée, les manifestations de l’urticaire disparaissaient.

Une étude portant sur 88 patients atteints de la COVID-19 ayant analysé l’atteinte cutanée a révélé que 20,4 % présentaient une manifestation cutanée, 8 d’entre eux l’ont développée au début de la maladie, tandis que 10 l’ont développée après l’hospitalisation. Les manifestations cutanées étaient une éruption érythémateuse, une urticaire généralisée et des vésicules de type varicelle.

Les manifestations cutanées urticariennes peuvent être utilisées comme éventuel indicateur diagnostique aux premiers stades de développement de la COVID-19.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
COVID-19: organización de una consulta de alergia (EAACI y ARIA)

Pandémie de COVID-19 : Considérations pratiques concernant l’organisation d’une clinique d’allergie – Un document exposant la position de l’ARIA/EAACI.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Pfaar O, Klimek L, Jutel M, Akdis CA4, Bousquet J, Breiteneder H et al.

Allergy. 2020 Jun 12;10.1111/all.14453. doi: 10.1111/all.14453. Online ahead of print..

En mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la « maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) » maladie virale pandémique, transmise par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Depuis le signalement des premiers cas en Chine, le nombre de patients infectés et décédés n’a cessé de croître dans le monde. Les symptômes typiques de la COVID-19 comprennent un malaise général, de la fièvre, des problèmes respiratoires et en particulier une toux et un essoufflement. Les spécialistes des allergies et des maladies des voies respiratoires associées se trouvaient en première ligne pour venir en aide aux patients.

Les coronavirus peuvent être associés à une aggravation des exacerbations de l’asthme et des maladies allergiques (rhinite allergique, dermatite atopique, urticaire et hypersensibilité médicamenteuse).

Cette publication a identifié des études traitant des maladies allergiques comme des comorbidités chez des patients atteints de la COVID-19 par rapport à des patients non allergiques. Un panel d’experts a élaboré des recommandations pour une gestion optimale des cliniques d’allergie pendant la pandémie afin d’assurer la sécurité nécessaire.

Les patients allergiques souffrant de la COVID-19 ou soupçonnés d’avoir contracté le virus doivent suivre le traitement et les directives en matière d’isolement en vigueur dans leur pays. En règle générale, la plupart des médicaments doivent être poursuivis. Pour ceux qui ne peuvent pas se rendre dans les cliniques d’allergie, passer des examens et/ou obtenir des ordonnances, la cybersanté et la télémédecine peuvent évaluer la valeur des traitements spécialisés, offrir des formations à l’autogestion sans risque d’infection et trier les patients pour les consultations urgentes par le biais de tests de diagnostic des allergies médicamenteuses ou d’utilisation de médicaments. Lorsque des biomédicaments sont utilisés, la décision de poursuivre un traitement doit être prise au cas par cas, car l’innocuité et l’efficacité des biomédicaments mentionnés chez les patients atteints de la COVID-19 sont inconnues. La prise en charge psychologique des patients allergiques pendant la pandémie est également essentielle.

Les patients atteints de rhinite allergique et d’autres allergies doivent être informés en conséquence lorsque de nouvelles données sont disponibles afin de leur permettre de s’adapter aux nouvelles thérapies.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Cette étude tente d'expliquer l'activité de la bilastine en tant qu'agoniste inverse.

Élucidation de l’activité agoniste inverse de la bilastine

By | Nouveau, Publications relatives à la bilastine

Hiroyuki Mizuguchi, et al.

Pharmaceutics 2020, 12, 525; doi: 10.3390/pharmaceutics12060525.

L’histamine est un médiateur chimique à l’origine de symptômes de pollinose tels que des éternuements, une rhinorrhée, une obstruction nasale, des démangeaisons nasales et oculaires. Les antihistaminiques H1 antagonisent l’histamine H1, l’empêchant ainsi de se lier au récepteur de l’histamine H1 (H1R). La bilastine est un antihistaminique H1 non sédatif récemment mis sur le marché qui présente une forte affinité pour H1R. C’est l’un des antihistaminiques H1 qui satisfait le plus aux exigences des directives en matière de rhinite allergique et d’asthme. Outre l’effet antihistaminique H1, les agonistes inverses suppriment la signalisation histaminique intrinsèque. C’est pourquoi ils sont dits plus puissants que les antagonistes neutres. L’activité agoniste inverse de la bilastine reste toutefois peu documentée.

La présente étude s’est intéressée à la potentielle activité agoniste inverse de la bilastine. Des cellules HeLa exprimant H1R de manière endogène ont été utilisées selon trois méthodes : imagerie intermittente Ca2+, accumulation d’inositol phosphates (IP) et expression du gène H1R. La concentration de calcium intracellulaire a été mesurée à l’aide de Fluo-8. L’accumulation d’inositol phosphates a été testée en utilisant du myo-inositol 3H. Le niveau d’ARNm H1R a été mesuré par RT-PCR en temps réel.

L’activité intrinsèque de H1R a été mise en évidence par une oscillation de Ca 2+. En outre, la bilastine a supprimé la formation des IP et l’expression du gène basal H1R de façon dose-dépendante.

Ces résultats montrent que la bilastine a une activité agoniste inverse. En prenant de la bilastine avant la saison pollinique, le niveau d’expression du gène H1R peut être maintenu bas, améliorant les symptômes de la pollinose.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

ACCÈS

Validation des éléments ARIA dans l’évaluation du contrôle de la rhinite allergique (ARIA-C)

By | Nouveau, Sélection d'articles

Valero A, Del Cuvillo A, Navarro AM, Colás C, Sastre J, Mullol J.

[publié en ligne avant impression, 25 mai 2020]. Allergy. 2020;10.1111/all.14418. doi:10.1111/all.14418.

La rhinite allergique est une maladie chronique à forte prévalence qui a un impact sur la qualité de vie. La classification originale de la sévérité de la rhinite allergique et de son impact sur l’asthme (ARIA) repose sur 4 éléments (le sommeil, les activités quotidiennes/sportives, les performances au travail/à l’école et les symptômes gênants) et définit la rhinite allergique comme légère (aucun élément affecté) ou modérée/sévère (1 à 4 éléments affectés). Une classification ARIA modifiée et validée à trois niveaux (mARIA) a été proposée pour différencier la sévérité de la rhinite allergique entre modérée (1 à 3 éléments affectés) et sévère (4 éléments affectés).

Cette étude prospective, basée sur l’observation et transversale avait pour objectif d’utiliser les 4 éléments originaux de l’ARIA pour valider une évaluation à trois niveaux du contrôle de la rhinite allergique (ARIA-C) : contrôlée, partiellement contrôlée et non contrôlée, en estimant le contrôle des symptômes ainsi que l’altération des activités et de la fonction respiratoire.

Un total de 252 participants adultes atteints de rhinite allergique modérée à sévère ont été inclus en utilisant à la fois les critères de gravité mARIA et un score total réfléchi des symptômes nasaux (STrSN) ≥ 8. Ils ont suivi leurs traitements habituels et ont été interrogés deux fois par mois. Les données démographiques, les maladies concomitantes, la sensibilisation aux allergènes, la gravité de la RA et l’impact sur la qualité de vie ont été consignés. De plus, le contrôle des participants a été évalué avec la version espagnole validée par le test d’évaluation du contrôle de la rhinite (TECR).

Au début de l’étude, 20 % des participants présentaient une rhinite allergique contrôlée avec la classification ARIA-C. Lors du suivi, pour 30 % d’entre eux la rhinite allergique était contrôlée et pour 40 % elle était partiellement contrôlée.

Le contrôle de la maladie a été évalué et a mis en évidence que les trois catégories de la classification ARIA-C peuvent effectivement permettre de différencier les rhinites allergiques contrôlées, partiellement contrôlées et non contrôlées. Sa validation montre des résultats favorables et statistiquement significatifs pour la fiabilité test-retest, la validité convergente, la discrimination entre les groupes et la réactivité au changement.

Ces résultats suggèrent que la classification ARIA-C peut permettre le dépistage rapide des patients chez qui la rhinite allergique est mal contrôlée ou faciliter la communication de ces derniers avec des spécialistes.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Validation de l’application MASK-air® dans le cadre de l’évaluation de la rhinite allergique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Sastre J, Del Cuvillo A, Colás C, et al.

Allergy. 2020 May 25. doi: 10.1111/all.14415. Publication en ligne avant impression.

Une application mobile (MASK-air®) a démontré son utilité pour évaluer le comportement des patients souffrant de rhinite allergique. Cette application mesure les symptômes généraux, nasaux, oculaires et asthmatiques selon une échelle visuelle et la prise quotidienne de médicaments.

Cette étude avait pour objectif de valider l’application pour la rhinite allergique en la comparant à un questionnaire écrit pendant un mois.

Au total, 252 participants ont été répartis au hasard dans l’un des deux groupes : les participants souffrant de rhinite allergique qui utilisaient quotidiennement la version espagnole de l’application d’un côté, et les participants souffrant de rhinite allergique qui ont été invités à utiliser le questionnaire les jours 1, 3, 7, 14, 21 et 28 et lors d’une dernière visite une semaine plus tard, de l’autre.

L’utilité de l’application pour la rhinite allergique a été évaluée au début de l’étude et à la fin à l’aide du questionnaire de l’outil d’évaluation de la lutte contre la rhinite. Les autres résultats concernant la rhinite allergique comprenaient l’adhésion au traitement, le score total réfléchi des symptômes nasaux, le score des symptômes oculaires, la classification ARIA modifiée basée sur la sévérité, un questionnaire sur la qualité de vie et des échelles analogiques visuelles quotidiennes pour les symptômes nasaux, conjonctivaux, asthmatiques et généraux pour l’ensemble des symptômes allergiques, ainsi que le test de contrôle de l’asthme pour les patients asthmatiques au début et à la fin de l’étude. La satisfaction des participants et des spécialistes à l’égard de l’application a été évaluée à l’aide d’une échelle de Likert.

La plupart (90 %) des participants du groupe de l’application l’avaient téléchargée sur leur smartphone et 92 % d’entre eux l’avaient utilisée. La plupart des utilisateurs (88 %) se sont dit satisfaits ou très satisfaits de l’application et 72 % des spécialistes ont déclaré que leurs patients étaient satisfaits.

À la fin de l’étude, une amélioration significative du score de l’outil d’évaluation de contrôle de la rhinite a été observée, mais sans qu’il y ait toutefois de différence significative ou pertinente sur le plan clinique entre les groupes. Les autres résultats n’étaient pas différents non plus entre les groupes à l’étude.

Cette étude a démontré que l’application a contribué à l’amélioration de l’évaluation de la rhinite allergique aussi efficacement que le questionnaire écrit. Elle a mis en évidence la praticité et l’utilité de l’application MASK-air®.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
urticaria angioedema hipersensibilidad

Les IgM et IgA associés aux auto-anticorps IgG contre FcεRIα sont fréquents et associés aux marqueurs de maladie de l’urticaire chronique spontanée

By | Nouveau, Sélection d'articles

Altrichter S, Zampeli V, Ellrich A, Zhang K, Church MK, Maurer M.

Allergy. 2020 May 23. doi: 10.1111/all.14412. Publication en ligne avant impression.

L’urticaire chronique spontanée (UCS) est une maladie de la peau provoquée par les mastocytes qui se caractérise par la récurrence de papules transitoires, d’œdèmes de Quincke ou des deux pendant plus de 6 semaines. Les auto-anticorps IgG contre le récepteur IgE de haute affinité, FcεRIα, contribuent à la pathogenèse de l’urticaire chronique spontanée auto-immune.

L’objectif de cette étude était de développer un test ELISA pour évaluer les taux sérologiques des auto-anticorps IgG, IgM et IgA contre FcεRIα et d’explorer si leur présence est liée aux caractéristiques cliniques de l’UCS, y compris la réponse aux tests cutanés au sérum autologue (TCSA).

Les échantillons sériques de 35 personnes souffrant d’une UCS et de 52 personnes en bonne santé ont été testés à l’aide d’un test ELISA pour les auto-anticorps IgG, IgM et IgA contre FcεRIα. 24 % des personnes souffrant d’une UCS présentaient des taux sérologiques élevés d’IgG-anti-FcεRIα contre 6 % pour les personnes en bonne santé. Les niveaux d’IgM et d’IgA étaient positifs pour plus de la moitié des personnes atteintes d’une UCS, contre 5 % pour les personnes en bonne santé. La présence d’auto-anticorps IgM élevée, hors IgG et IgA, était significativement plus fréquente chez les personnes souffrant d’une UCS et positives aux TCSA (72 %) que chez les personnes négatives aux TCSA (33 %). De plus, il apparaît que les niveaux élevés d’IgM-anti-FcεRIα, hors IgG ou IgA contre FcεRIα, sont liés à une faible numération des basophiles et des éosinophiles dans le sang.

En conclusion, les personnes atteintes d’une UCS présentent des taux sérologiques importants d’IgM-anti-FcεRIα qui peuvent être symptomatiques d’une UCS auto-immune.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
enfoque rinitis alergica

La rhinite allergique locale revisitée

By | Nouveau, Sélection d'articles

Vardouniotis A, Doulaptsi M, Aoi N, Karatzanis A, Kawauchi H, Prokopakis E.

Curr Allergy Asthma Rep. 2020 May 19;20(7):22. doi: 10.1007/s11882-020-00925-5.

La rhinite chronique peut être classée soit comme rhinite allergique soit comme rhinite non allergique (RNA). La rhinite allergique est une maladie inflammatoire de la muqueuse nasale dont les symptômes sont l’écoulement nasal, les éternuements, la congestion et les démangeaisons nasales. Elle se caractérise par une inflammation éosinophile résultant d’une sensibilisation IgE provoquée par les aéroallergènes saisonniers ou pérennes. La RNA est un groupe très hétérogène qui comprend des troubles caractérisés par une inflammation immunologique ou neurogène (rhinite hormonale, rhinite des personnes âgées, rhinite gustative, rhinite d’origine médicamenteuse et rhinite professionnelle).

La rhinite allergique locale (RAL) n’est ni une rhinite allergique classique ni une RNA. Ses symptômes, sa durée, sa gravité et ses complications sont similaires à ceux de la rhinite allergique et peuvent affecter les adultes et les enfants. Elle se caractérise par une réponse allergique nasale localisée et l’absence d’atopie systémique en raison de la production locale d’anticorps IgE spécifiques. Un modèle Th2 d’infiltration des muqueuses lors d’une exposition naturelle aux aéroallergènes et une réponse positive au test de provocation nasale (TPN), avec libération de médiateurs inflammatoires tels que les mastocytes, les éosinophiles, les IgE, les cellules B et les cellules T, sont détectés.

La RAL est une entité sous-diagnostiquée qui affecte un nombre important de personnes atteintes de rhinite chronique, principalement dans les pays méditerranéens. Il s’agit d’une affection chronique qui a tendance à s’aggraver et s’accompagne d’une conjonctivite ainsi que de symptômes bronchiques. Son diagnostic est difficile et repose sur des antécédents cliniques détaillés, la démonstration d’une réponse allergique nasale aux aéroallergènes par TPN chez les patients ne répondant pas au test cutané et ne présentant pas d’IgE sérique, ainsi que l’exclusion de la rhinosinusite chronique avec/sans polypes nasaux.

Les antihistaminiques oraux et les corticostéroïdes intranasaux, seuls ou dans une formulation intranasale de fluticasone + azélastine dans les cas graves, sont les deux traitements de base traditionnels de la rhinite allergique. L’expérience clinique indique que ces médicaments sont tout aussi efficaces chez les patients souffrant d’une RAL. De plus, l’immunothérapie sous-cutanée s’est avérée efficace et bien tolérée dans le traitement de la RAL. Un diagnostic précoce correct par provocation allergénique nasale permet la mise en place d’un traitement étiologique améliorant la qualité de vie et prévenant le développement d’une maladie des voies respiratoires inférieures.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
serum ige eosinofilos

Traitements des maladies respiratoires allergiques en période d’épidémie de COVID-19 : Déclaration de l’EUFOREA

By | Nouveau, Sélection d'articles

Glenis K S, Peter W H, Claus B, et al.

World Allergy Organ J. 2020 May 16;100124. doi: 10.1016/j.waojou.2020.100124. Publication en ligne avant impression.

L’infection aiguë à la COVID-19 et l’apparition de la rhinite allergique saisonnière partagent certaines caractéristiques qui peuvent prêter à confusion, en particulier chez les personnes peu coutumières de ce type de symptômes. La toux et la fièvre sont les principaux symptômes de la COVID-19, tandis que la conjonctivite et les démangeaisons sont les symptômes de la rhinite allergique. Une anosmie soudaine et totale peut être le signe précoce d’une infection à la COVID-19, un facteur différenciant de la rhinite allergique. Les équipes d’experts de l’EUFOREA donnent un aperçu des recommandations à l’attention des personnes souffrant de rhinite allergique saisonnière.

44 % des personnes transmettant la COVID-19 étant asymptomatiques, il est important de maîtriser au maximum la rhinite allergique saisonnière afin de diminuer les symptômes, tels que les éternuements, la rhinorrhée et la toux, qui peuvent être responsables de la propagation des particules virales sous forme d’aérosol chez les personnes qui ignorent être également porteuses de la COVID-19.

Les experts recommandent de commencer de manière précoce le traitement de la rhinite allergique saisonnière et de le poursuivre de manière régulière au long cours pendant la période pollinique. Les corticostéroïdes systémiques doivent être évités, car ils peuvent supprimer le système immunitaire. Il n’y a aucune contre-indications à l’utilisation de corticostéroïdes intranasaux, car ceux-ci ne réduisent pas l’immunité et ne normalisent ni la structure ni la fonction de la muqueuse nasale. L’utilisation des inhalateurs pour l’asthme doit être poursuivie de manière régulière afin de garder le contrôle sur l’état de santé du patient pendant la saison pollinique. Les corticostéroïdes inhalés et la combinaison de corticostéroïdes inhalés avec des bronchodilatateurs, des bêta-agonistes à action prolongée, protègent de l’exacerbation de l’asthme viral et peuvent être bénéfiques en période d’épidémie de COVID-19. En outre, chez les personnes souffrant d’asthme sous une forme plus grave et de rhino-sinusite chronique sévère s’accompagnant de polypes nasaux, le traitement par biomédicaments doit être poursuivi pour éviter toute aggravation de ces pathologies. L’immunothérapie allergénique spécifique (ITA) en cours doit être poursuivie au sein du système de santé, si cela est possible, tant qu’aucune infection à la COVID-19 n’a été diagnostiquée. Les nouveaux traitements ITA ne sont pas conseillés, sauf pour l’immunothérapie sublinguale, qui ne nécessite qu’une seule prise sous surveillance.

En cas d’infection à la COVID-19, des corticostéroïdes oraux peuvent être nécessaires chez les patients asthmatiques en cas d’exacerbation grave provoquée par le virus. Les AINS qu’il a été déconseillé de prescrire aux patients, sont essentiels en cas d’asthme sensible aux AINS.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR