Category

Nouveau

Produits biologiques à utiliser dans l’urticaire spontanée chronique: Quand et lesquels

By | Nouveau, Sélection d'articles

Marcus Maurer, David A. Khan, Daniel Elieh Ali Komi, Allen P. Kaplan

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Mar;9(3):1067-1078. doi: 10.1016/j.jaip.2020.11.043.

Le traitement de l’urticaire a beaucoup évolué au cours de la dernière décennie. Les lignes directrices actuelles pour le traitement de l’urticaire spontanée chronique recommandent l’utilisation de l’omalizumab, un médicament biologique ciblant les IgE. Les IgE ont une forte affinité pour le récepteur FcεRI et dégranulent les mastocytes cutanés, responsables du développement de signes et de symptômes d’urticaire, de papules prurigineuses et d’œdème de Quincke. Cette étude vise à passer en revue la compréhension existante de la pathogenèse de l’urticaire chronique et de ses endotypes auto-immuns.

L’omalizumab est le seul médicament biologique autorisé pour une utilisation dans l’urticaire chronique à partir de l’âge de 12 ans. Il est recommandé comme troisième étape du traitement chez les patients qui ont connu un échec avec des antihistaminiques standard ou de deuxième génération à dose élevée, et il est généralement bien toléré. L’omalizumab a de multiples mécanismes d’action potentiels dans l’urticaire chronique, avec des effets sur les mastocytes et les basophiles, réduisant la libération de médiateurs et diminuant l’expression du FcεRI. Il a été approuvé pour l’urticaire chronique à des doses de 150 ou 300 mg toutes les 4 semaines. Les mauvais répondeurs peuvent bénéficier d’un raccourcissement de l’intervalle entre les doses, à toutes les 2 ou 3 semaines, ou par un traitement d’appoint avec 3 mg/kg/jour de ciclosporine, chacun pendant 4 mois.

Certains autres médicaments biologiques utilisés hors AMM dans l’urticaire chronique comprennent le dupilumab, le benralizumab, le mépolizumab, le reslizumab et le sécukinumab. De nouveaux produits biologiques en cours de développement visent à réduire l’activation des mastocytes en bloquant les voies d’activation ou en ciblant les récepteurs inhibiteurs ou le nombre de mastocytes. Il s’agit notamment du ligélizumab et du GI-301, de l’avdoralimab, du tézépelumab, du lirentélimab, du LY3454738 et du CDX-0159, à différents stades de développement.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Disparités de santé dans les affections allergiques et immunologiques chez les populations raciales et ethniques mal desservies

By | Nouveau, Sélection d'articles

Carla M. Davis, et al.

J Allergy Clin Immunol. 2021 Mar 10;S0091-6749(21)00365-1.
doi: 10.1016/j.jaci.2021.02.034. En ligne avant impression.

Les disparités en matière de santé ont un impact négatif sur les groupes présentant des obstacles sociaux ou économiques plus importants en matière de santé, en raison de leur race, de leur origine ethnique, de leur religion, de leur statut socio-économique, de leur sexe, de leur âge, de leur handicap, de leur orientation sexuelle et/ou de leur emplacement géographique. L’Académie américaine d’allergie, d’asthme et d’immunologie a participé à une commission pour mettre fin aux disparités en matière de santé il y a 10 ans. Cette étude décrit les disparités en termes de santé en matière d’allergie/immunologie dans des populations raciales et ethniques mal desservies et comment elles affectent les personnes atteintes de rhinite allergique et d’autres conditions allergiques.

Certaines populations raciales et ethniques ne sont souvent pas incluses dans les lignes directrices des soins pour les patients atteints de rhinite allergique. Les minorités raciales montrent moins de prévalence de rhinite allergique, probablement en raison de la variabilité de l’auto-déclaration de la maladie : un rapport de 2017 a révélé que 5 % des enfants noirs et 5 % des enfants hispaniques avaient une rhinite allergique, contre 9 % des enfants blancs.

On sait que la rhinite allergique a un impact significatif sur la qualité de vie et la morbidité des populations mal desservies, et la lutte contre la rhinite allergique a été associée à moins d’absences scolaires.

Des études ont montré que les groupes à faibles revenus et les minorités sont moins susceptibles de recevoir une immunothérapie allergénique, et elles ont mis en évidence que les charges supplémentaires auxquelles doivent faire face ces minorités peuvent contribuer à réduire les ressources nécessaires pour respecter les calendriers de l’ITA.

En conclusion, l’observance pourrait être améliorée lorsque des ressources médicales sont fournies pour accroître l’accès aux soins spécialisés dans les communautés mal desservies. Les études observationnelles et interventionnelles sont importantes pour le diagnostic, la prise en charge de la rhinite allergique, et leurs résultats pour ces populations mal desservies. Une approche multi-niveaux devrait également être envisagée, impliquant les patients, les prestataires de soins de santé, les agences locales, les sociétés professionnelles et les agences gouvernementales nationales.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Différences de microbiote intestinal entre la rhinite allergique, la dermatite atopique et l’urticaire cutanée : une étude pilote.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Yu-Jih Su, Sheng-Dean Luo, Chung-Yuan, Ho-Chang Kuo

Medicine (Baltimore). 2021 Mar 5;100(9):e25091.
doi: 10.1097/MD.0000000000025091.

Les prévalences de la rhinite allergique et de l’urticaire augmentent. La flore intestinale ou microbiote peut influencer leurs pathogenèses. Cette étude visait à comparer les différences entre les microbiotes intestinaux de personnes atteintes de dermatite atopique, de rhinite allergique et d’urticaire chronique.

L’étude a inclus 19 participants atteints d’eczéma, 9 d’urticaire et 11 de rhinite allergique. Les microbiotes ont été comparés en examinant des échantillons fécaux des participants, en utilisant le séquençage d’amplicons de l’acide ribonucléique ribosomal 16S, la bio-informatique et l’analyse statistique.

Les trois groupes de patients avaient des données cliniques similaires. Les microbiotes étaient sensiblement différents entre les participants atteints de dermatite atopique, de rhinite allergique et d’urticaire chronique, démontrant des axes intestin-peau et intestin-nez. Il a été trouvé plus d’espèces Bacteroidales dans les allergies cutanées que dans la rhinite allergique. Ceci peut représenter un lien entre la flore intestinale et l’allergie cutanée, car les colonies de la flore intestinale diffèrent considérablement entre elles.

En conclusion, différentes conditions ont des microbiotes hétérogènes. L’espèce Bacteroidales pourrait représenter un lien entre la flore intestinale et l’allergie cutanée, les Bacteroides Plebeius DSM 17135 étant significativement associés à l’urticaire. Les Ruminococcacées sont également associées à des maladies allergiques.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Le rôle des technologies mobiles de santé dans la stratification des patients pour l’ITA et son arrêt. La perspective ARIA-EAACI.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Jean Bousquet, et al.

J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Mar 1;S2213-2198(21)00240-3.
doi: 10.1016/j.jaip.2021.02.035.En ligne avant impression.

Les options de traitement de la rhinite allergique comprennent l’immunothérapie allergénique (ITA). Il existe différentes lignes directrices et paramètres nationaux de pratique ou de parcours de soins pour l’ITA. Cependant, la décision de prescrire une ITA doit être personnalisée et basée sur l’importance des allergènes et la persistance des symptômes, même lors de l’utilisation de médicaments appropriés.

La pratique de la médecine a été révolutionnée par la transformation numérique, en ce compris mHealth et l’intelligence artificielle, le patient étant placé au centre du système de santé. Il existe différents biomarqueurs associés à mHealth et aux systèmes d’aide à la décision clinique. Cependant, deux conditions doivent être prises en compte avant d’utiliser tout outil mHealth : la conformité aux règles de confidentialité et à la validation. Parmi les quelques outils disponibles pour la rhinite allergique, un développement basé sur des preuves a été trouvé pour quatre applications : MASK-air, AllergyMonitor, Polle et Air Rater.

Cette revue se concentre sur la stratification des patients pour l’ITA, les scores de médications symptomatiques pour le suivi, les essais cliniques et l’Académie européenne d’allergie et d’immunologie clinique (EAACI).

Une stratification des patients est nécessaire pour :

–    Identifier les meilleurs candidats pour une intervention par une gestion des soins complexes

–    Réduire le temps et les ressources nécessaires pour associer un patient à un programme de gestion des soins

–    Optimiser les coûts.

Les scores des médicaments symptomatiques sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de l’ITA, en particulier dans des essais cliniques et des études observationnelles.

Le groupe de travail EAACI a été créé pour évaluer les technologies de pointe et le potentiel futur dans le domaine de la rhinite allergique. Ce groupe de travail a évalué la conception, l’engagement des utilisateurs, le contenu, le potentiel d’induire un changement de comportement, la crédibilité et les politiques de confidentialité des produits mHealth.

En conclusion, la technologie mHealth est un outil potentiel pour aider à la prise de décision en ITA, augmenter l’observance, surveiller l’efficacité et la sécurité et identifier les répondeurs au traitement. Cependant, ces outils peuvent aussi avoir leurs inconvénients, notamment s’ils sont mal utilisés ou non validés.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Association des taux sériques de vitamine D et d’immunoglobulines E avec la gravité de la rhinite allergique.

By | Nouveau, Sélection d'articles

Nukhbat U. Awan, Shahzada K. Sohail, Fatima Naumeri, Shahida Niazi, Khalid Cheema, Samina Qamar, Syeda Fatima Rizvi

Cureus. 2021 Jan 25;13(1): e12911. doi: 10.7759/cureus. 12911..

Les symptômes de la rhinite allergique comprennent l’inflammation de la muqueuse nasale, et ils touchent jusqu’à 30 à 40 % de la population, avec une prévalence croissante. L’objectif de cette étude était d’évaluer la relation entre la gravité de la rhinite allergique et les taux sériques de vitamine D et d’immunoglobulines E (IgE).

Il s’agissait d’une étude cas-témoins, menée entre juin et septembre 2020, qui incluait un total de 224 participants répartis en deux groupes. Le groupe A comprenait 112 participants présentant des symptômes d’asthme modérés à sévères, et le groupe B (témoin) comprenait 112 participants présentant des symptômes d’asthme légers après le traitement de la rhinite allergique. Les deux groupes ont été comparés en évaluant la différence moyenne entre les taux sériques d’IgE et de vitamine D. La relation a été évaluée par régression logistique et odds ratio.

Il y avait 106 participantes féminines (47,3 %), avec un âge moyen de 26,78 ± 8,92 ans dans le groupe A et de 25,72 ± 8,12 ans dans le groupe B. Les taux sériques moyens d’IgE étaient de 383,69 ± 154,86 UI/ml pour le groupe A et 373,03 ± 106,83 UI/ml pour le groupe B (p=0,0001). Les taux sériques moyens de vitamine D étaient de 16,24 ± 6,7 ng/ml pour le groupe A et de 26,92 ± 35 ng/ml pour le groupe B (p=0,0001).

Les participants ayant de faibles taux de vitamine D étaient 24 fois plus susceptibles de développer une rhinite allergique modérée à sévère.  En conclusion, cette étude a démontré que les taux d’IgE sont augmentés dans la rhinite allergique modérée à sévère, par rapport à la rhinite allergique légère. La carence en vitamine D est liée à une gravité accrue des symptômes de rhinite allergique.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

Consensus d’experts sur les aspects pratiques du traitement de l’urticaire chronique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Andrea Bauer, eta al.

Allergo J Int . 2021 Feb 24;1-12. doi: 10.1007/s40629-021-00162-w. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique est une maladie fréquente, représentant un lourd fardeau pour de nombreux patients car les symptômes ne sont souvent pas correctement contrôlés. Le diagnostic et le traitement factuels de l’urticaire font partie des lignes directrices existantes. Cependant, celles-ci ne répondent pas à certaines questions de la pratique clinique quotidienne. Cette étude visait à résumer les résultats d’une réunion numérique tenue en mai 2020, au cours de laquelle des spécialistes ont discuté les aspects pratiques de l’urticaire chronique, pour formuler des aides de soutien au traitement clinique quotidien.

On sait que le diagnostic d’urticaire chronique est rapide, par examen physique, anamnèse et tests de laboratoire, et son traitement doit être réalisé de la même manière, qu’il y ait des papules, un angio-œdème ou les deux. Un antihistaminique H1 non sédatif de deuxième génération est le premier traitement de choix. Si l’urticaire ne disparaît pas en deux à quatre semaines, une dose plus élevée est recommandée. S’il n’y a pas d’amélioration après deux à quatre semaines, un traitement supplémentaire par des anticorps IgE approuvés, comme l’omalizumab, doit être administré.

En l’absence de succès thérapeutique après six mois de traitement par omalizumab, il est recommandé de traiter hors AMM par la ciclosporine A, en plus du traitement existant par antihistaminiques H1. En cas d’exacerbations aiguës, des glucocorticoïdes oraux-systémiques peuvent être administrés pendant jusqu’à 10 jours pour diminuer la durée et l’activité.

En conclusion, ces recommandations s’ajoutent aux lignes directrices thérapeutiques existantes et soutiennent la pratique clinique chez des personnes atteintes d’urticaire chronique, dans le but de les aider à vivre sans symptômes et avec une meilleure qualité de vie, en veillant à ce que le médecin traitant fournisse une bonne documentation et une éducation adéquate au patient concernant l’utilisation hors AMM des médicaments.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Bilastina

Multidisciplinary Real-World Experience With Bilastine, a Second Generation Antihistamine

By | Eprint, Informations, Nouveau

Lynde CW, Sussman G, Dion PL, Guenther L, Hébert J, Rao J, Leek TV, Waserman S. J Drugs Dermatol. 2020 Feb 1;19(2):145-154. doi: 10.36849/JDD.2020.4835.

Allergic conditions, such as seasonal allergic rhinitis, perennial allergic rhinitis (PAR), and urticaria (both acute and chronic) are frequently treated with H1-antihistamines. However, first-generation H1-antihistamines cause impairment and potentially interfere with restful sleep, cause hangovers or “morning after” effects, impair learning and memory, and reduce work efficiency. Second generation antihistamines, such as bilastine have shown to decrease allergy symptoms effectively without causing night-time sleep disturbances and related adverse events.

Bilastine is a prescription medicine. It is not derived from nor is it a metabolite of another antihistamine, has a rapid one-hour onset of action and provides sustained efficacy. Bilastine does not penetrate the brain, is scarcely metabolized and does not interact with cytochrome P450. For the treatment of allergic conditions in adults and children over 12 years of age, a daily oral dose of bilastine 20 mg is recommended. ç

This real world case project was developed to help optimize patient care and supported with evidence from the literature. It included patients between 9 and 76 years old with seasonal allergic rhinitis, perennial allergic rhinitis and chronic and acute urticaria as well as urticarial vasculitis and pruritus associated with inflammatory skin conditions. The presented cases using bilastine showed positive outcomes for the patients, relieving symptoms with safety and good tolerance.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR