Category

Nouveau

Mise à jour sur les mécanismes pathologiques et les traitements de la rhinite allergique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Zhang Y, Lan F, Zhang L

Allergy. 2022 Jul 27. doi: 10.1111/all.15454. Online ahead of print.

La rhinite allergique représente un problème de santé mondial avec une prévalence en hausse et en lien avec un fardeau médical et socioéconomique croissant. Le but de cette revue était de reconnaître les cellules immunitaires tels que les lymphocytes innés de type 2 (ILC2s), les lymphocytes T auxiliaires 2 (Th2), les lymphocytes T auxiliaires folliculaires, les lymphocytes T régulateurs folliculaires, les lymphocytes T régulateurs, les lymphocytes B, les cellules dendritiques et les cellules épithéliales dans la pathogenèse de la rhinite allergique.

Il est important de bien comprendre les mécanismes de la rhinite allergique afin de pouvoir identifier des biomarqueurs et éventuellement avoir des paramètres précieux pour orienter un traitement ciblé personnalisé. L’immunothérapie spécifique à l’allergène est le seul traitement étiologique pour la rhinite allergique dont l’efficacité a été prouvée et qui attire une attention croissante. L’immunothérapie a récemment montré son efficacité grâce aux données obtenues dans le cadre de plusieurs études contrôlées randomisées et d’études en situation réelle à long terme. La recherche d’agents biologiques comme options thérapeutiques pour la rhinite allergique n’a impliqué que des anti-IgE et des anti-inflammatoires de type 2 ; pourtant, le coût-efficacité de ces agents reste à expliquer.

Durant la pandémie de COVID-19, la rhinite allergique n’a pas montré de facteur de risque en termes de sévérité et de mortalité par la COVID-19, mais ceci doit être confirmé dans le cadre d’études multicentriques, en situation réelle à travers le monde.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Identification in silico de types de cellules immunitaires et de voies métaboliques impliqués dans l’urticaire chronique spontané

By | Nouveau, Sélection d'articles

Prosty C, Gabrielli S, Ben-Shoshan M, Le M, Giménez-Arnau AM, Litvinov IV, Lefrançois P, Netchiporouk E

Front Med (Lausanne). 2022 Jul 7;9:926753. doi: 10.3389/fmed.2022.926753. eCollection 2022.

L’urticaire chronique spontané (UCS) se définit par la présence de papules et/ou d’angiœdème qui se manifestent en l’absence de stimulus externes spécifiques et persistent pendant plus de 6 semaines. Son immunopathogenèse n’est pas encore bien comprise mais il existe de nouvelles tendances à répartir les patients en sous-types auto-allergiques et autoimmunes.

Le but de cette étude était d’explorer les cellules immunitaires et les voies métaboliques de l’UCS en réanalysant les données de transcriptome disponibles.

Les investigateurs ont obtenu des données de micropuces sur des échantillons de peau et de sang de sujets atteints d’UCS et de contrôles sains à partir de la base de données Gene Expression Omnibus. L’expression différentielle des gènes a été analysée à l’aide de ToppGene et KEGG et l’enrichissement en différents types de cellules a été établi par CIBERSORT et xCell, puis corrélé avec les caractéristiques cliniques.

Il a été observé que les voies métaboliques liées à Th2 (signalisation par IL-4/13) et Th17 (signalisation par IL-17/23) étaient régulées à la hausse dans les échantillons avec lésions. L’analyse par CIBERSORT a montré que les échantillons sans lésion avaient plus de lymphocytes T régulatrices et de mastocytes au repos. L’analyse par xCell n’a révélé aucune différence significative entre les échantillons mais les scores de Th2 des deux types d’échantillons étaient positivement corrélés avec la sévérité de la maladie. Peu de gènes différentiellement exprimés et de différentes voies métaboliques ont été identifiés entre les échantillons sanguins d’UCS et de contrôles sains.

Ces résultats révèlent et étayent le lien qui existe entre les gènes et les voies métaboliques liés à Th2 et Th17 dans l’UCS. Les scores de Th2 étaient liés à la sévérité de la maladie alors que l’augmentation des scores de mastocytes au repos et de Treg dans les échantillons sans lésion indiquent une suppression locale de la formation de papules. De plus, l’activité de la maladie semblait se restreindre à la peau puisque les résultats à partir de sang étaient limités.  D’autres études complémentaires sont nécessaires pour étayer ces informations.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Mécanisme d’hyperréactivité des voies respiratoires inférieures induite par la rhinite allergique Yiting Liu

By | Nouveau, Sélection d'articles

Liu Y, Sha J, Meng C, Zhu D

J Immunol Res. 2022 Jul 12;2022:4351345. doi: 10.1155/2022/4351345. eCollection 2022.

La rhinite allergique affecte jusqu’à 40 % des adultes et 25 % des enfants dans le monde mais ces mécanismes n’ont pas encore été bien élucidés. La plupart des gens souffrant de rhinite allergique présentent également une hyperréactivité moindre des voies respiratoires inférieures, et la survenue d’une rhinite allergique peut augmenter cette hyperréactivité.

Le but de cette revue est de comprendre le mécanisme de l’effet de la rhinite allergique sur les voies respiratoires inférieures. Les effets de la rhinite allergique sur les voies respiratoires inférieures ont été étudiés en termes d’épidémiologie, d’anatomie, de physiopathologie, de perte de fonction nasale, de drainage de l’inflammation, de réflexe nasobronchique et de flux circulatoire dans tout le corps afin d’élucider les mécanismes impliqués et de fournir des profils types pour le diagnostic, le traitement et l’expérimentation.

Les chercheurs ont conclu que ces effets ne s’expliquent pas par un seul mécanisme mais par l’interaction de plusieurs mécanismes. L’hyperréactivité des voies respiratoires inférieures peut être due à un réflexe rhinopulmonaire, au drainage d’allergènes par les voies respiratoires inférieures et à une obstruction nasale. Cependant, elle peut également être causée par des facteurs circulants tels que IL-5 qui stimule la différenciation de cellules de la moelle osseuse en éosinophiles ainsi que IL-4 et IL-13 qui régulent à la hausse des protéines impliquée dans l’adhésion et la chimiotaxie. Plus d’études sont nécessaires pour concevoir à l’avenir de nouvelles approches de diagnostic et de traitement.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

L’urticaire dans la grossesse et l’allaitement

By | Nouveau, Sélection d'articles

Kocatürk E, Podder I, Zenclussen AC, Kasperska Zajac A, Elieh-Ali-Komi D, Church MK, Maurer M

Front Allergy. 2022 Jul 7;3:892673. doi: 10.3389/falgy.2022.892673. eCollection 2022.

Les femmes souffrent plus que les hommes d’urticaire chronique et en sont affectées principalement à l’âge de la reproduction et notamment pendant la grossesse. Les hormones sexuelles affectent la biologie des mastocytes et les modifications hormonales qui se produisent pendant la grossesse vont moduler une affection inflammatoire telle que l’urticaire chronique.

Il a été observé que les modifications du système immunitaire liées à la grossesse, qui impliquent une adaptation locale des réponses immunitaires innée et adaptive et un biais de l’immunité adaptive vers un profil Th2/Treg, sont liées à des modifications des maladies inflammatoires. L’étude PREG-CU offre les premières données concernant l’effet de la grossesse sur l’urticaire chronique, l’issue de la grossesse chez les femmes enceintes atteintes d’urticaire chronique et la sécurité des médicaments contre l’urticaire. Elle a également révélé que l’urticaire chronique s’améliore au cours de la grossesse chez la moitié des femmes enceintes alors qu’il s’aggrave chez un tiers d’entre elles. En outre, deux des cinq femmes ont connu des poussées d’urticaire chronique pendant la grossesse.

La directive internationale EAACI/GALEN/EuroGuiDerm/APAAACI sur l’urticaire recommande la même stratégie de prise en charge chez les femmes enceintes et allaitantes atteintes d’urticaire chronique : commencer avec des doses standard d’antihistaminiques H1 de deuxième génération (non-sédatifs) puis augmenter la dose jusqu’à 4 fois en cas de non réponse. Il convient de prescrire de l’omalizumab aux patients réfractaires aux antihistaminiques.

L’étude PREG-CU a évalué les traitements et les résultats obtenus pendant la grossesse : antihistaminiques H1, montelukast, omalizumab, cyclosporine-A et stéroïdes systémiques. Cependant, il n’y a pas encore suffisamment d’informations sur la prise en charge de l’urticaire chronique pendant la grossesse.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Caractéristiques d’utilisation des antihistaminiques H1 dans 10 pays européens : une étude utilisant MASK-air® et des données de situation réelle Google Trends

By | Nouveau, Sélection d'articles

Vieira RJ, Sousa-Pinto B, Anto JM, Sheikh A, Klimek L, Zuberbier T, Fonseca JA, Bousquet J

World Allergy Organ J. 2022 Jun 24;15(7):100660. doi: 10.1016/j.waojou.2022.100660. eCollection 2022 Jul.

Les données de situation réelle peuvent contribuer à fournir des données importantes sur différentes affections dont la rhinite allergique. Cependant, l’évaluation de ces informations peut s’avérer compliquée car les résultats d’utilisateurs d’Internet peuvent être influencés par différents facteurs dus à l’épidémiologie réelle des affections à évaluer mais aussi par l’attention qu’elles reçoivent dans les médias.

Cette étude a comparé les données en situation réelle de MASK-air®, une application mobile pour la rhinite allergique sur l’utilisation d’antihistaminiques H1 oraux de 2016 à 2020 dans 10 pays européens avec des données de Google Trends sur le volume relatif de recherches concernant ces antihistaminiques.

5 antihistaminiques H1 oraux ont été sélectionnés pour chaque pays et les investigateurs ont observé une concordance parfaite de l’ordre d’utilisation des antihistaminiques avec MASK-air® et Google Trends en France, en Allemagne, en Suède et au Royaume-Uni. Différents niveaux de concordance ont été observés dans les autres pays (Italie, Pologne, Portugal, Espagne, Suisse, Pays-Bas). En ce qui concerne les données de vente, les données étaient cohérentes entre Google Trends et MASK-air® en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

En conclusion, ces résultats suggèrent que les données de l’application mobile MASK-air® semblent partager la tendance observée avec d’autres données de situation réelles mais des études plus approfondies sont nécessaires.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Les défis de l’urticaire chronique partie 2 : Traitement pharmacologique, urticaire chronique inductible, urticaire dans des situations particulières

By | Nouveau, Sélection d'articles

Mario Sanchez-Borges, Ignacio J. Ansotegui, Ilaria Baiardini, Jonathan Bernstein, Giorgio Walter Canonica, Motohiro Ebisawa, Maximiliano Gomez, Sandra Nora Gonzalez-Diaz, Bryan Martin, Mario Morais-Almeida and Jose Antonio Ortega Martell

World Allergy Organ J . 2021 Jun 3;14(6):100546. doi: 10.1016/j.waojou.2021.100546. eCollection 2021 Jun.

L’urticaire chronique spontanée consiste en l’apparition de papules, d’œdème de Quincke ou des deux, pendant plus de 6 semaines, et elle affecte 1 à 2 % de la population. Elle est plus fréquente chez la femme, compromet fréquemment la qualité de vie, et les coûts pour les systèmes de santé nationaux peuvent être considérables.

L’Organisation mondiale de l’allergie (OMA) a examiné un document de position publié en 2012 concernant le diagnostic et le traitement de l’urticaire et de l’œdème de Quincke. Depuis lors, il y a eu des progrès dans la connaissance du mécanisme d’action de l’urticaire, et de nouveaux traitements (biologiques) sont disponibles pour les maladies réfractaires sévères.

Il s’agit ici de la deuxième partie d’une mise à jour de l’OMA, dont l’intention est de fournir une orientation mise à jour pour l’urticaire, en particulier dans des situations particulières telles que l’enfance et la grossesse.

Les antihistaminiques H1 de deuxième génération sont recommandés dans les principales lignes directrices comme traitement de première intention de l’urticaire, car ils sont efficaces et sûrs. Certaines lignes directrices incluent des antihistaminiques de première génération pour les non-répondeurs. La dose peut également être augmentée jusqu’à 4 fois pour améliorer l’efficacité (et sans compromettre la sécurité). L’association d’antihistaminiques ne semble pas induire de meilleurs effets, et les patients réfractaires aux antihistaminiques sont des candidats à l’omalizumab ou à la ciclosporine-A. L’omalizumab est le seul produit biologique approuvé pour le traitement des patients atteints d’urticaire modérée à sévère et réfractaires aux antihistaminiques. La ciclosporine-A est un médicament immunosuppresseur qui inhibe les cellules T auxiliaires en bloquant la production des cytokines inflammatoires.

Les affections particulières associées à l’urticaire comprennent les syndromes auto-inflammatoires et plusieurs formes de vascularite urticarienne, qui sont traités avec des antihistaminiques de deuxième génération et des glucocorticoïdes systémiques, ou alternativement des immunomodulateurs et des immunosuppresseurs.

Il est recommandé aux spécialistes de suivre les directives, d’utiliser des instruments PRO (résultats rapportés par les patients) validés et d’utiliser des médicaments efficaces et sûrs.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce documen

Accès

Consensus d’experts sur les aspects pratiques du traitement de l’urticaire chronique

By | Nouveau, Sélection d'articles

Andrea Bauer, eta al.

Allergo J Int . 2021 Feb 24;1-12. doi: 10.1007/s40629-021-00162-w. En ligne avant impression.

L’urticaire chronique est une maladie fréquente, représentant un lourd fardeau pour de nombreux patients car les symptômes ne sont souvent pas correctement contrôlés. Le diagnostic et le traitement factuels de l’urticaire font partie des lignes directrices existantes. Cependant, celles-ci ne répondent pas à certaines questions de la pratique clinique quotidienne. Cette étude visait à résumer les résultats d’une réunion numérique tenue en mai 2020, au cours de laquelle des spécialistes ont discuté les aspects pratiques de l’urticaire chronique, pour formuler des aides de soutien au traitement clinique quotidien.

On sait que le diagnostic d’urticaire chronique est rapide, par examen physique, anamnèse et tests de laboratoire, et son traitement doit être réalisé de la même manière, qu’il y ait des papules, un angio-œdème ou les deux. Un antihistaminique H1 non sédatif de deuxième génération est le premier traitement de choix. Si l’urticaire ne disparaît pas en deux à quatre semaines, une dose plus élevée est recommandée. S’il n’y a pas d’amélioration après deux à quatre semaines, un traitement supplémentaire par des anticorps IgE approuvés, comme l’omalizumab, doit être administré.

En l’absence de succès thérapeutique après six mois de traitement par omalizumab, il est recommandé de traiter hors AMM par la ciclosporine A, en plus du traitement existant par antihistaminiques H1. En cas d’exacerbations aiguës, des glucocorticoïdes oraux-systémiques peuvent être administrés pendant jusqu’à 10 jours pour diminuer la durée et l’activité.

En conclusion, ces recommandations s’ajoutent aux lignes directrices thérapeutiques existantes et soutiennent la pratique clinique chez des personnes atteintes d’urticaire chronique, dans le but de les aider à vivre sans symptômes et avec une meilleure qualité de vie, en veillant à ce que le médecin traitant fournisse une bonne documentation et une éducation adéquate au patient concernant l’utilisation hors AMM des médicaments.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès
Bilastina

Multidisciplinary Real-World Experience With Bilastine, a Second Generation Antihistamine

By | Eprint, Informations, Nouveau

Lynde CW, Sussman G, Dion PL, Guenther L, Hébert J, Rao J, Leek TV, Waserman S. J Drugs Dermatol. 2020 Feb 1;19(2):145-154. doi: 10.36849/JDD.2020.4835.

Allergic conditions, such as seasonal allergic rhinitis, perennial allergic rhinitis (PAR), and urticaria (both acute and chronic) are frequently treated with H1-antihistamines. However, first-generation H1-antihistamines cause impairment and potentially interfere with restful sleep, cause hangovers or “morning after” effects, impair learning and memory, and reduce work efficiency. Second generation antihistamines, such as bilastine have shown to decrease allergy symptoms effectively without causing night-time sleep disturbances and related adverse events.

Bilastine is a prescription medicine. It is not derived from nor is it a metabolite of another antihistamine, has a rapid one-hour onset of action and provides sustained efficacy. Bilastine does not penetrate the brain, is scarcely metabolized and does not interact with cytochrome P450. For the treatment of allergic conditions in adults and children over 12 years of age, a daily oral dose of bilastine 20 mg is recommended. ç

This real world case project was developed to help optimize patient care and supported with evidence from the literature. It included patients between 9 and 76 years old with seasonal allergic rhinitis, perennial allergic rhinitis and chronic and acute urticaria as well as urticarial vasculitis and pruritus associated with inflammatory skin conditions. The presented cases using bilastine showed positive outcomes for the patients, relieving symptoms with safety and good tolerance.

Seuls les professionnels de la santé inscrits peuvent consulter ce document

Accès

La información que está a punto de visualizar está dirigida únicamente a los profesionales sanitarios aptos para prescribir o dispensar medicamentos. La correcta utilización de su contenido requiere de formación como profesional sanitario.

Debe hacer clic en Aceptar para confirmar que es usted profesional de la salud y continuar con la navegación.

ACEPTAR